J’ai regardé MARS, la série : c’est compliqué

MARS est une docufiction en 6 épisodes sur l’exploration par l’homme de la planète rouge.

N’ayant pas réalisé dès le début l’aspect documentaire scientifique accolé à cette fiction, j’ai d’abord eu un mouvement de rejet quand j’ai vu apparaître Elon Musk. Ça puait le placement de produit.

Et puis j’ai compris. Je me suis un peu calmé, on ne peut pas parler de l’épopée martienne sans évoquer le travail d’Elon Musk, ok. Malgré un début difficile (un peu de mal sur un petit côté Top Gun) j’ai accroché et j’ai regardé jusqu’au bout, j’ai même envie de dire que j’ai bien aimé.

Mais.

Au final toute l’histoire est imprégnée d’un problème politique profond qui m’est cher : la disparition du commun, l’entreprise privée phagocyte l’Aventure humaine.

Dans ces 6 épisodes le propos est grave, l’humanité a besoin de Mars, mais qui pilote? Un Musk. Un grand leader à la fortune colossale qui malgré une instance internationale sensée porter les décisions reste le maître de cérémonie, le financier, l’investisseur. C’est une belle synthèse de notre monde. L’humanité n’a pas les moyens d’investir l’avenir, il faut qu’un « héros » des temps modernes prenne le relais avec ses milliards.

Ed Grann aurait vendu n’importe quoi. Mais il était plus qu’un simple commercial, il avait du génie.

On voit dans le film de nombreux passages sur Space X, les lanceurs, le centre de contrôle, et triste sir que je suis, je ne peux m’empêcher de me dire : quel système fou peut donner tant de puissance et de pouvoir à un seul homme.

Dans bien des secteurs ça peut choquer mais le problème avec Musk c’est que c’est un compte de fées. C’est merveilleux, grâce à lui on avance de façon incroyable sur le sujet, ses lanceurs qui reviennent au bercail sont une prouesse époustouflante. Et puis il est sympa, le self made man dingue des étoiles qui dépense sans compter sa fortune pour nos rêves, c’est si beau.

Je ne veux pas du tout accabler le gaillard (pas envie de me brouiller avec Florence) mais comme toujours le système qui permet de telles démesures. Musk n’est pas un salaud qui s’est dit « tiens je vais dépouiller les pauvres pour m’offrir des joujoux à envoyer dans l’espace ». C’est juste que notre monde lui permet de devenir un dominant majeur.

Le destin de l’humanité est de plus en plus entre les mains de quelques puissants, toujours plus puissants. Avec Elon Musk on peut penser que c’est une bonne chose, il investit dans un domaine où on n’a plus les moyens ma bonne dame, heureusement que de riches entrepreneurs de génie prennent la relève d’états ruinés. Mais c’est une arnaque catastrophique camarade 🙂

Les états sont (soit disant) ruinés parce que des Musk peuvent drainer vers eux des fortunes sans précédent. C’est le ruissellement tant annoncé, on s’était juste gouré sur le sens de l’écoulement. Je crois qu’il faut prendre du recul pour ne pas s’émerveiller de ce que font les rois, qu’ils soient bons ou pas, là n’est pas la question. Nous n’avons pas besoin d’hommes providentiels, nous avons besoin de commun, d’investissement dans la recherche, l’éducation, l’intelligence collective. Mais les budgets du commun baissent, et les ultra riches accumulent. Pour quoi faire? Des îles?

Admettons que placés dans une urgence apocalyptique, Mars nous apparaisse comme un canot de sauvetage. Ce sont des grandes sociétés qui nous y emmèneront? Elles qui décideront de notre sort? Les premières infrastructures sur Mars seront-elles des MacDo ?

Reprenons-nous, reprenons le pouvoir 🙂

 

 

Déclaration d’indépendance du Cyberespace

John P.Barlow est décédé hier. Il est l’auteur de ce texte qui fait référence et dont je me permets de copier ci-dessous la traduction française réalisée par Hache. Difficile de mieux décrire ce que certains appellent notre utopie, et qui malgré les coups, 22 ans plus tard, reste bien vivante.

 

Seule l’erreur a besoin du soutien du gouvernement. La vérité peut se débrouiller toute seule.
—Thomas Jefferson, Notes on Virginia

Déclaration d’indépendance du Cyberespace

 

Gouvernements du monde industriel, vous géants fatigués de chair et d’acier, je viens du Cyberespace, le nouveau domicile de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous du passé de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté où nous nous rassemblons.

Nous n’avons pas de gouvernement élu, et il est improbable que nous en ayons un jour, aussi je ne m’adresse à vous avec aucune autre autorité que celle avec laquelle la liberté s’exprime. Je déclare l’espace social global que nous construisons naturellement indépendant des tyrannies que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez aucun droit moral de dicter chez nous votre loi et vous ne possédez aucun moyen de nous contraindre que nous ayons à redouter.

Les gouvernements tiennent leur juste pouvoir du consentement de ceux qu’ils gouvernent. Vous n’avez ni sollicité ni reçu le nôtre. Nous ne vous avons pas invités. Vous ne nous connaissez pas, et vous ne connaissez pas notre monde. Le Cyberespace ne se situe pas dans vos frontières. Ne pensez pas que vous pouvez le construire, comme si c’était un projet de construction publique. Vous ne le pouvez pas. C’est un produit naturel, et il croît par notre action collective.

Vous n’avez pas participé à notre grande conversation, vous n’avez pas non plus créé la richesse de notre marché. Vous ne connaissez pas notre culture, notre éthique, ni les règles tacites qui suscitent plus d’ordre que ce qui pourrait être obtenu par aucune de vos ingérences.

Vous prétendez qu’il y a chez nous des problèmes que vous devez résoudre. Vous utilisez ce prétexte pour envahir notre enceinte. Beaucoup de ces problèmes n’existent pas. Où il y a des conflits réels, où des dommages sont injustement causés, nous les identifierons et les traiterons avec nos propres moyens. Nous sommes en train de former notre propre Contrat Social. Cette manière de gouverner émergera selon les conditions de notre monde, pas du vôtre. Notre monde est différent.

Le Cyberespace est fait de transactions, de relations, et de la pensée elle-même, formant comme une onde stationnaire dans la toile de nos communications. Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il n’est pas où vivent les corps.

Nous sommes en train de créer un monde où tous peuvent entrer sans privilège et sans être victimes de préjugés découlant de la race, du pouvoir économique, de la force militaire ou de la naissance.

Nous sommes en train de créer un monde où n’importe qui, n’importe où, peut exprimer ses croyances, aussi singulières qu’elles soient, sans peur d’être réduit au silence ou à la conformité.

Vos concepts légaux de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement, de contexte, ne s’appliquent pas à nous. Ils sont basés sur la matière, et il n’y a pas ici de matière.

Nos identités n’ont pas de corps, c’est pourquoi, contrairement à ce qui se passe chez vous, il ne peut pas, chez nous, y avoir d’ordre accompagné de contrainte physique. Nous croyons que c’est de l’éthique, de la défense éclairée de l’intérêt propre et de l’intérêt commun, que notre ordre émergera. Nos identités peuvent être distribuées à travers beaucoup de vos juridictions. La seule loi que toute nos cultures constituantes pourraient reconnaître généralement est la règle d’or [« Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’ils te fassent », NdT]. Nous espérons pouvoir bâtir nos solutions particulières sur cette base. Mais nous ne pouvons pas accepter les solutions que vous tentez de nous imposer.

Aux Etats-Unis, vous avez aujourd’hui créé une loi, le Telecommunications Reform Act, qui répudie votre propre Constitution et insulte les rêves de Jefferson, Washington, Mill, Madison, Tocqueville et Brandeis. Ces rêves doivent maintenant renaître en nous.

Vous êtes terrifiés par vos propres enfants, parce qu’ils sont natifs dans un monde où vous serez toujours des immigrants. Parce que vous les craignez, vous confiez à vos bureaucraties les responsabilités de parents auxquelles vous êtes trop lâches pour faire face. Dans notre monde, tous les sentiments et expressions d’humanité, dégradants ou angéliques, font partie d’un monde unique, sans discontinuité, d’une conversation globale de bits. Nous ne pouvons pas séparer l’air qui étouffe de l’air où battent les ailes.

En Chine, en Allemagne, en France, à Singapour, en Italie et aux Etats-Unis, vous essayez de confiner le virus de la liberté en érigeant des postes de garde aux frontières du Cyberespace. Il se peut que ceux-ci contiennent la contagion quelque temps, mais ils ne fonctionneront pas dans un monde qui sera bientôt couvert de médias numériques.

Vos industries de plus en plus obsolètes se perpétueraient en proposant des lois, en Amérique et ailleurs, qui prétendent décider de la parole elle-même dans le monde entier… Ces lois déclareraient que les idées sont un produit industriel comme un autre, pas plus noble que de la fonte brute… Dans notre monde, quoi que l’esprit humain crée peut être reproduit et distribué à l’infini pour un coût nul. L’acheminement global de la pensée n’a plus besoin de vos usines.

Ces mesures de plus en plus hostiles et coloniales nous placent dans la même situation que ces amoureux de la liberté et de l’autodétermination qui durent rejeter les autorités de pouvoirs éloignés et mal informés. Nous devons déclarer nos personnalités virtuelles exemptes de votre souveraineté, même lorsque nous continuons à accepter votre loi pour ce qui est de notre corps. Nous nous répandrons à travers la planète de façon à ce que personne puisse stopper nos pensées.

Nous créerons une civilisation de l’esprit dans le Cyberespace. Puisse-t-elle être plus humaine et plus juste que le monde issu de vos gouvernements.

Davos, Suisse
8 février 1996

Ce texte trône dans mon bureau, un bien beau cadeau de Benjamin Bayart. #thanks

Et si @Framasoft allait trop loin

Nous étions nombreux à saluer cette folle initiative : proposer des alternatives libres à des services privés. Mais toutes ces années plus tard, alors que Framatube vient de détrôner en nombre de vues de YouTube, qu’on ne peut plus ouvrir un œil sans être envahi par les marques de ce Framaworld, n’est-il pas temps de s’interroger sur le monopole ahurissant du plus grand trust international qu’est devenu Framasoft.

Je pose la question.

Si tu es conscient de l’ampleur du danger, toi aussi tu peux agir, tout de suite, rejoins nous ici!

Article sous licence CB

Un monde sans travail #TheLife #MyLife

J’ai été interviewé pour ce film qui passe mercredi 11 octobre sur France 5. D’après Philippe Borrel, le réalisateur, ma tronche apparaît bien dans le montage final. Il y aurait même une séquence sur notre association d’éducation populaire au numérique puisque Philippe était revenu filmer un de nos ateliers.

Je n’ai pas pu assister à une projection à laquelle j’étais invité, c’est donc le mystère pour moi, petite appréhension.

En général je refuse tout depuis quelques années. Pas que je sois beaucoup sollicité mais bon, ça arrive et en général ma réponse est « merci beaucoup mais nous avons maintenant la possibilité de nous exprimer sans coupure ni montage, et comme je suis chatouilleux sur ce que je veux dire précisément, je me cantonne à mon blog et mes productions personnelles, à ce que je maîtrise de bout en bout. »

C’est ce que j’ai d’abord dit à Philippe mais il a insisté et m’a « eu » pour 2 raisons :

  • le sujet : c’est un sujet qui m’est cher, j’en parle souvent. Philippe m’a d’ailleurs connu via un article que j’avais écrit et qui a un peu tourné en son temps : « Je serais tellement plus utile au chômage« .
  • son travail : il m’a donné quelques références(*) de documentaires qu’il a réalisés et il s’avère que j’en connaissais certains et que je les avais beaucoup appréciés.

Donc voilà, on va causer révolution systémique et quête de sens. C’est après demain soir sur France 5 dans l’émission « Le monde en face » de Marina Carrère d’Encausse. Hâte de voir ça.

 

(*) Quelques réalisation de Philippe Borrel :

L’urgence de ralentir :

 

« Faut arrêter avec le méchant patron »

Dans les débats houleux de nos humeurs militantes revient régulièrement à l’encontre du gauchiste l’accusation de haine du patronat. “Faut arrêter avec le méchant patron, pour la plupart ils sont très bien, il ne faut pas faire d’amalgame”.

En ce qui me concerne je n’ai aucune haine envers qui que ce soit, j’ai des colères et des combats au niveau systémique, pour ce qui est des personnes, je juge au cas par cas.

Mais arguer de l’honnêteté de la majorité des employeurs pour par exemple casser le droit du travail est pour moi un non sens. On entend plus que cette chansonnette “il faut faire confiance” dans la bouche de nos gouvernants dirigeants. Il ne peut être question de confiance dans ces affaires. La loi est entre autre là pour protéger du pire. Cette position c’est pour moi comme vouloir adoucir la législation sur le crime organisé au prétexte que la plupart des citoyens sont honnêtes. C’est irresponsable.

#amha

Acheter un ThinkPad T420 en 2017 pour 300€?

Ceci n’est pas une pub, simple retour d’expérience.

On me demande souvent des conseils pour acheter un PC puisque je suis pour certains « le gars qui s’y connaît en informatique ». Mais s’il y a bien un secteur où je suis perdu c’est bien celui là.

Des lustres que je n’ai pas acheté un machine et l’offre est tellement gigantesque…

Tout cela pour dire que je vais donner mon avis sur une config que je trouve très bien, un retour concret puisque je l’ai acheté, mais que je ne prétends nullement être expert.

Alors voilà, longtemps que j’avais envie d’avoir un portable sous Linux, mais pour travailler je suis résolument PC de bureau. Je ne voulais donc pas mettre cher pour ce petit plus. Mais alors que je demandais des conseils sur les réseaux sociaux pour une config bureau costaude, on m’a parlé des PC d’occasions de chez tradediscount. Évidemment je précise que je ne les connaîs pas et que je n’ai aucun intérêt à la pub que je leur fais ici.

J’ai donc acheté un T420 d’occasion pour 299€, un ThinkPad de Lenovo. C’est idiot mais j’ai toujours été attiré par cette série parce que le clavier est pour moi super important et qu’ils ont une réputation sur le sujet, mais pas seulement. Ils sont également robustes et donc un peu plus lourds que d’autres, mais moi j’aime bien ça 🙂

L’offre que j’ai choisie est celle là : i5, 8Giga de RAM, 250 de disque. Je l’ai depuis 3 jours et j’en suis super content. J’essaye souvent de recycler des PC en mettant du Linux, ça marche mais faut reconnaître qu’il y a souvent un problème de performances. Celui là est vendu comme un PC de bureautique, je pensais bien qu’à ce prix là je n’allais pas avoir une bête de course pour le graphisme, mais je me suis renseigné quand même. J’avais regardé un peu pour savoir si la carte graphique Intel HD Graphics 3000 était vraiment un problème. Sur les forums on dit que c’est de la daube et que « c’est même pas une carte graphique », loin des nvidia and co. Pourtant des réponses de gens possédant cet ordi disaient que c’est un à priori, qu’ils faisaient tourner des jeux demandant beaucoup de ressources 3D.

Excellente surprise

Et bien je confirme. Je ne suis pas un gamer mais j’utilise pas mal de logiciels de dessin, de 3D, et je développe des jeux en WebGL. Je suis très étonné. Sans grand espoir j’ai fait des essais et Krita fonctionne sans lag, blender pareil, et même nos dev en wegl tournent sans la moindre difficulté, totalement fluide, alors qu’avec mon macbook air ça coince. Une très bonne surprise.

Aucun soucis pour la lecture de videos, ce PC est plus rapide et fluide que mon macbook air. Et cerise sur le gâteau, sans bruit! Pas de ventilo qui s’allume dès qu’on sollicite un peu la bête, j’apprécie beaucoup.

Mon premier PC d’occasion

Un peu flippant pour moi d’acheter une occasion. Là aussi bonne surprise. Quelques signes d’usure sur le trackpad, mais en dehors de ça, état impeccable. Au bilan les seuls points négatifs sont :

  • batterie faiblarde, ne tient pas bien longtemps (j’ai regardé, s’il faut les batteries neuves sont très abordables)
  • Ubuntu 14.04, il semblerait qu’il y ait des « problèmes de compatibilité » d’après tradediscount avec 16.04, mais je n’ai pas eu plus d’information sur le sujet.

Je ne prétends pas avoir fait le tour complet de la bête, mais pour ce prix là, avoir une machine aussi réactive (et ce clavier de rêve), avec cette robustesse, je vais peut-être même attendre pour l’achat prévu d’un PC de dev.

L’offre dont je parle est limitée dans le temps mais globalement ce que je voulais dire c’est qu’il me semble que ces ThinkPad sont bien aussi sympas que je le pensais.

Offre dont je parle : http://www.tradediscount.com/lenovo-thinkpad-t420-core-i5-8go-250go-linux-03td0994.html

PS : j’ai écrit ce post avec ce PC, édité les images sans la moindre difficulté, vraiment top moumoute.

Débrouille toi pour voir « La Sociale »

Des français qui ont vécu l’horreur de la guerre ont construit la Sécurité Sociale. Un projet révolutionnaire dont on connait trop peu l’histoire.

On connait trop peu l’Histoire en général. Combien de français connaissent Ambroise Croizat? On lui doit pourtant tellement plus que nombre de ceux dont on apprend les dates de sacre sur les bancs des écoles de la République.

Aujourd’hui de jeunes loups fossoyeurs du commun et de la fraternité nous placent dans des situations de tension qui nous amènent au pire. Guerre, Front National, tout ce que l’homme peut produire de plus crétin nous attend car lorsque l’économie précède le politique, ça ne peut pas finir bien.

Ce magnifique document l’explique tranquillement, avec beaucoup de douceur, de clarté. Ca me met les larmes aux yeux tant il me semble que ce qui est pour moi une évidence, un modèle inégalé, est en train de couler devant mes yeux et que je ne peux rien faire sinon hurler « vous êtes tous devenus fous! ».

Chaque jour qui passe je vois une société toujours plus En Marche vers la bêtise comptable et les rêves de fortune suicidaires. Je suis affligé.

Achète le DVD ou débrouille toi autrement, mais regarde ça, c’est une histoire fabuleuse du temps où des hommes en ont libéré d’autres, où le peuple était plus fort, parce qu’il était représenté.

Site : http://www.lasociale.fr/

Avec Barré, et pour le barrage #amha #My2cents

Mon cher journal, c’est dur en ce moment tu sais. Je souffre. Mon petit cœur saigne.

Je me fritte avec mes vieux potes à cause de ma radicalité et de mes pénibles exigences, et je n’aime pas ça. Je me fritte avec mes réseaux gauchistes parce que beaucoup s’abstiendront, et je n’aime pas ça. Et avec tout ça j’essaye de discuter (tu me connais, peux pas m’empêcher) sans passer pour un moralisateur ou un donneur de leçons, pas facile.

Je vais essayer de te dire ce que je pense vraiment pour éviter au moins les ambiguïtés, parce que souvent sur les réseaux on s’emballe, et même maintenant avec 500 caractères, c’est parfois un peu court pour être clair.

Je profite du billet énervé de Barré pour illustrer tout ça ( dispo ici ) parce que même si c’est toujours idiot de faire des généralités, j’ai l’impression qu’il représente pas mal un certain nombre d’abstentionnistes. Je vais donc donner ma position en réponse à cette vidéo.

( je ne suis pas fan du style trash de Barré, mais sur le fond il dit parfois des choses intéressantes et je constate au passage que la chasse au subversif continue dans le service public )

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo Facebook

Ma position

  • « Victoire de l’abstention » Oui, l’abstention n’est pas respectée dans ce pays, le vote blanc ne sert à rien, les camemberts de Pujadas n’auront que 2 couleurs au soir de l’élection, ignorant des millions de français. Il pourrait y avoir 90% de votes blancs, ça ne changerait rien. Ce n’est pas la démocratie.
  • « Vous faites le jeu du FN » Oui, on en a soupé. Et oui on a le droit de se plaindre même si on s’abstient. Il n’y a aucune ambiguïté en ce qui me concerne : les responsables d’une éventuelle élection de Marine Le Pen sont
    • ses électeurs
    • les PS et LR en place depuis des décennies
  • « Allez plutôt faire la morale aux 15 millions de gens qui ont voté pour des mis en examens ». On ne peut plus d’accord, l’immoralité de ce pays me rend malade.

Personnellement je pense que le seul combat qui vaille aujourd’hui est celui de la conquête démocratique, la fin de la représentation systématique, un bouleversement institutionnel majeur. Les tensions montent de partout, notamment parce que nous ne nous parlons pas. Nos institutions nous l’interdisent, elles nous divisent en camps qui doivent choisir leur chef, puis se battre pour lui. C’est puéril.

« Les gens qui se parlent ne se font pas la guerre »

Au quotidien je combats le système électif et le fascisme néo-libéral. Pour changer le système je ne sais pas trop comment faire, je ne vois à priori que 2 alternatives :

  • soit on prend les armes, pas mon truc
  • soit on construit, on soutient aussi maigres soit-elles les initiatives démocratiques de la société civile et des institutionnels qui prétendent vouloir prendre cela en compte.

Je suis pas du genre optimiste, mais malgré la défaite, je ne vais pas bouder le potentiel réveil d’une vraie gauche qui a manifestement encore besoin de temps.

Je pense que l’extrême droite nous plongerait dans une situation de guérilla civile (larvée ou réelle) qui nous détournera de ce qui se bâtit actuellement. Et puis je crois à l’urgence de protéger des gens qui sont en danger immédiat autour de nous.

Je voterai Macron, sans état d’âme, et je le combattrai. C’est justement parce que je sais trop bien que ces élections sont une farce démocratique que je ne sanctifie pas mon vote et que je ne lui donne pas plus d’importance que la simple nécessité ponctuelle d’enfoncer le plus possible les bruits de botte.

Je sais bien que Macron fera encore monter le FN, mais je ne cracherai pas sur au moins 5 ans de rab pour pouvoir travailler et protéger les plus faibles.

 

Le revenu de base est-il un piège à con?

Bonne question :

L’avis de Lepage :

Mon avis? Je n’en sais rien.

Je me pose beaucoup de questions.

J’adore Franck Lepage, j’écoute beaucoup Friot (Salaire à vie), j’entends nombre de leurs arguments, souvent j’acquiesce. En gros la question posée est le Revenu de base est-il la « roue de secours du capitalisme »? Le grand capital inquiet de l’incapacité des masses à consommer le produit de son productivisme suicidaire veut-il faire subventionner le gavage par l’Etat? Certainement.

Mais première chose à rappeler, de quel Revenu de base parle-t-on?

Oui les plus libéraux rêvent d’un revenu de base qui finisse de pulvériser l’Etat en « simplifiant » la protection sociale. Il existe à l’opposé un Revenu de base de gauche qui vise l’émancipation de l’individu, pas son aliénation finale. Les schémas de société proposés sont diamétralement opposés.

Ce dont je suis convaincu c’est que la situation est très grave et qu’un changement radical est nécessaire. Je pense que la seule solution est fraternelle. Le « réalisme »économique est pour moi une religion. Je suis athée.

Les voies explorées du revenu de base de gauche et du salaire à vie sont toutes deux fondamentalement révolutionnaires en ce sens qu’elles percutent de plein fouet la « valeur travail ». Il me semble qu’il est important de travailler justement, d’échanger, que rien n’est évident et que le plus beau cadeau qu’on puisse se faire est de ne pas perdre des yeux que beaucoup d’éducation reste à faire, que le changement est la chose la plus difficile à obtenir d’une société, et surtout que ces deux propositions disruptives sont sœurs. C’est pour cela que j’ai particulièrement apprécié d’entendre Baptiste Mylondo et Bernard Friot débattre sans concession mais affirmant haut et fort tous les deux que nos objectifs sont communs (à voir ci dessous).

Cher Franck, ne nous traitons pas de cons, travaillons 🙂

Kit d’apprentissage : clavier, souris, copier/coller, les bases.

J’ai passé pas mal beaucoup énormément trop d’heures à faire un kit d’apprentissage pour un atelier destiné aux membres de notre association Université Populaire du Numérique de Damgan. Comme j’ai pu le mettre à l’épreuve du feu et qu’il m’a semblé d’une efficacité non nulle, je me permets de le partager.

Il s’adresse à des plus ou moins grands débutants. Je pense qu’il peut aussi bien servir à expliquer des choses à un proche qu’à faire une formation pour un groupe.

Tout est disponible sur GitHub. Il n’a pas la prétention d’être parfait, mais devrait au moins pouvoir servir de bonne base.

Contenu du kit

Une présentation revealjs incluant des exercices pratiques à faire faire aux auditeurs : souris et clavier

bases-pres

Une page d’accueil pour les auditeurs listant les différents exercices. Elle leur permet de démarrer facilement le bon exercice proposé par l’animateur.

bases-exercices

Bonus

Un article sur le blog de l’association détaille le clavier. Cet article est destiné aux débutants. Il a été revu, testé et validé par notre experte @GeekMamy qui assure, je cite, « avoir appris des choses ». Bref, c’est du lourd.

base-blog