Vieux Geek, épisode 97 : Scorched Tanks, un jeu de tanks à vous rendre dingo :)

Dans l’épisode 44 de la série « Vieux Geek », je parlais d’un des mes souvenirs vidéo-ludiques sur Amiga, avec le premier Civilization. Dans l’épisode 14 de la série « vieux geek » consacré au rogue-like, je parlais du port de Moria pour Amiga.

Mais il y a un autre souvenir qui m’est revenu en mémoire, c’est Scorched Tanks. Le principe du jeu était hyper-simple : de deux à quatre tanks sur un terrain devant se détruire mutuellement. Outre le fait qu’il y a eu dans l’ultime version quelques 70 armes différentes, on pouvait régler l’intelligence artificielle et l’agressivité des tanks contrôlés par l’Amiga.

On pouvait ou pas désactiver le vent, décider du nombre de rounds (de 3 à 99)… Au final, on se retrouvait avec une sacrée floppée d’options qui nous donnait au final un jeu d’une complexité terrible… Programmé en Amos par Michael Welch pour Dark Unicorn Productions, l’ultime version est sortie en fin 1994 – début 1995. Le jeu passera du statut de partagiciel (shareware) à celui de graticiel (freeware) en 2003. Merci au site Obligement pour toutes les infos ici.

Évidemment, le jeu n’est pas aussi beau que certains titres qui ont fait la grande époque de la machine de Commodore, mais c’est un passe temps assez défouloir. C’est avec FS-UAE que j’ai pu réussir à lancer le jeu.

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, même contre un ennemi bête comme ses pieds et se la jouant ligne Maginot, on peut perdre… Je dois avouer que j’ai du gagner peut-être une ou deux parties sur plusieurs dizaines jouées le soir sur mon Amiga 1200… Mais la nostalgie, ça n’a pas de prix 🙂

Vieux Geek, épisode 96 : Paint Shop Pro 3, le photoshop du « pauvre » pour MS-Windows 3.1x…

En 1995, j’ai acheté mon premier PC, un 486DX2 à 66 Mhz, avec 4 Mo de mémoire vive. Après l’avoir gonflé à 8 puis 12 Mo, lui avoir rajouté une carte son et un lecteur de CD-Rom 2x, j’ai commencé à acheter pas mal de logiciels sur CD, spécialement ceux fournis avec les magazines.

Il y avait aussi des marques comme Sybex qui importait certains logiciels en leur rajoutant une traduction française. C’est ainsi que j’ai pu mettre la main sur l’outil de retouche d’images Paint Shop Pro. Développé par Jasc Software, c’était un peu le photoshop du « pauvre ».

Reprenant l’interface générale du logiciel phare d’Adobe, il permettait à des personnes n’ayant pas les moyens d’acheter – ou de se procurer sur un circuit parallèle, pas bien ! – la Royce Rolls d’Adobe.

Je me souviens d’avoir acheté une version 4 ou 5, c’est assez flou, chez feu WSKA Éditions, dont j’ai pu retrouver un lien vers une version de Paint Shop Pro de 2007. Mais revenons-en à Paint Shop Pro 3. Pour vous le montrer en action, j’ai créé dans VirtualBox une machine virtuelle comprenant MS-Windows 3.1 (dont l’affichage a été gonflé en 800×600 par 256 couleurs) puis j’ai fait mumuse avec Paint Shop Pro.

Comme vous avez pu le voir, l’outil était assez limité, mais il convenait largement pour la plupart des opérations de retouches d’images à l’époque. Comme je l’ai dit dans la vidéo, Corel a racheté Jasc en 2004, et la dernière version 18.0 alias X.8 est devenue une sacrée usine à gaz… En hommage à la rolls d’Adobe ? En tout cas, j’ai passé pas mal de temps avec cet outil avant de migrer vers le monde des bisounours GNU/Linux. Devoir apprendre à utiliser The Gimp a été très instructif par la suite 😀

Vieux Geek, épisode 95 : La gamme Plus des Amstrad CPC.

Nous avons tous nos madeleines de Proust. En informatique, j’en ai plusieurs, mais la plus puissante, c’est celle de ma première expérience en informatique, et donc l’Amstrad CPC.

J’ai connu le modèle CPC 6128 avec son lecteur de disquette. Mais j’avoue que j’ai longtemps louché sur la gamme améliorée sortie en 1990 pour relancer l’intérêt des consommateurs. La gamme dite « Plus » apportait des nouveautés intéressantes comme les sprites hardware, une palette de 4096 couleurs (au lieu de 27), un port cartouche pour lancer les jeux et logiciels plus rapidement.

J’avais pu baver sur le CPC 6128+ d’une connaissance, bien que n’ayant pas le droit de toucher à cette machine de « rêve » pour l’adolescent acnéique que j’étais à l’époque.

Heureusement, grâce au grand « nain ternet« , j’ai pu au fil des années prendre ma revanche. J’ai considéré que ce serait une bonne idée de faire un petit billet sur cette machine qui est le syndrôme du « trop peu, trop tard ». Une version de développement avancée d’Arnold a été mon allié pour la vidéo ci-après.

Entre les ports faits à la va-vite pour proposer une logithèque à la console basée sur l’Amstrad CPC Plus, et les quelques rares jeux vraiment optimisés, sans oublier que la majorité de la clientèle potentielle avait déjà migré vers des ordinateurs plus adaptés, c’est vraiment une occasion ratée pour Amstrad de sauver sa gamme de micro-ordinateurs.

Vieux Geek, épisode 94 : Castle of the Winds, le rogue-like le plus célèbre pour MS-Windows 3.xx…

J’avoue, j’aime les rogue-like, même si l’amour en question n’est pas réciproque. Quand j’ai eu mon premier kit multimédia, j’ai commencé à grappiller ici et là des CD-ROM pour alimenter mon PC fraîchement gonflé. On trouvait de nombreux partagiciels, dont le célébrissime Castle of the winds, développé par Rick Saada alias SaadaSoft et publié par Epic Megagames en 1993.

Rick Saada a été développeur pour Microsoft et sur son temps libre, il développait un rogue like. Avec l’arrivée de MS-Windows 3.0 en 1990, il décide de porter son jeu sur ce système d’exploitation, même s’il faut attendre 1992 pour que MS-Windows 3.1 soit vraiment populaire.

Rick Saada contacte Epic Megagames qui publie sous le modèle du shareware – un grand classique à l’époque – son jeu. Castle of the Winds est constitué deux parties dont seule la première est disponible librement. La suite est payante. Il y aura plus de 13000 demandes pour obtenir la version complète… Comme quoi, le jeu a eu sa petite gloire à l’époque 🙂

Outre le fait que c’est un rogue-like des plus classiques, il y a un côté jeu de rôle rajouté dessus avec des quêtes à remplir… Sa force est de ne demander que des ressources minimales – quoique relativement élevée pour l’époque – pour tourner. Si votre ordinateur est capable de lancer MS-Windows 3.0 ou 3.1, vous pouviez profiter du jeu sans vous prendre la tête avec un lancement sous MS-DOS…

Évidemment le jeu peut apparaître comme austère et limité, mais il faut se souvenir que sa force était de pouvoir être lancé assez facilement. En 1998, Rick Saada décida d’élever son jeu dans le domaine public. On peut récupérer les deux parties en toute légalité, mais vu que c’est du code 16 bits pour MS-Windows, il faudra passer par une émulation si votre OS est uniquement en 64 bits.

Mais que ne ferait-on pas pour découvrir une pépite du début des années 1990 ?

Vieux Geek, épisode 92 : Netscape 6.0, la pire erreur du petit monde des navigateurs internet.

Dans l’épisode 28 de la série vieux geek sorti en 2014, je parlais des premiers Netscape que j’ai connu, dont Netscape 3 sorti en 1996…

Nous sommes dans la première guerre des navigateurs qui bat son plein. Netscape Corporation sort une horreur du nom de Navigator 4 alias Communicaor en 1997, ce qui forcera l’entreprise à ouvrir le code source de ce qui devait devenir Navigator 5.0 en mars 1998. Le code source de cette version 5 sera abandonné au bout de 6 mois, et ce qui devait devenir le moteur de rendu Gecko fut lancé.

Les mois passèrent et début 2000, toujours aucune nouvelle enthousiasmente de la part de l’équipe de Mozilla. Le projet avance à son rythme. AOL qui avait racheté Netscape fin 1998 perd patience.

Entre avril et novembre 2000, des bêtas de Netscape 6 sont publiées. Finalement, Netscape 6.0 sort… Et c’est une catastrophe. Le moteur est encore un peu jeune – il faut se souvenir que c’est basé sur Mozilla presque 0.6 ! – mais aussi lourd pour les machines de l’époque et pas franchement des plus stables. Mais il lui manque quelques fonctionnalités que l’on considère comme indispensables de nos jours… Mais autant vous montrer le monstre en question en vidéo. Pour rester homogène avec l’époque de sortie de Netscape 6.0, je me suis replié sur MS-Windows Millenium… Même si j’y ai échappé à l’époque, autant souffrir durant les quelques minutes qu’aura duré l’enregistrement de la vidéo 🙂

C’est un four monumental, surtout avec la palanquée de logiciels plus ou moins pourri fourni avec le navigateur… C’était sans compter sur la sortie d’Internet Explorer 6.0 durant l’été 2001…

Autant dire que si l’on voulait suicider ce qui restait de Netscape, AOL n’aurait pas fait mieux. Il faut attendre début 2002 pour que la première version considérée comme stable de Gecko sorte, comme je l’avais déjà dans l’épisode 13 de la série vieux geek publié en juin 2013.

Vieux Geek, épisode 91 : Plan 9 from Bell Labs, l’OS mythique !

Bell Labs est connu pour avoir été l’employeur des créateurs d’Unix. Mais pas seulement. Si la dernière version officielle de l’Unix original est le Système V Release 4 (sorti en 1988), les efforts de développement amenère au développement d’un OS entièrement nouveau, qui au principe du « tout est fichier » d’Unix rajouta un autre principe « tout est réseau ». Autant dire que c’était une petite révolution à l’époque, surtout que l’internet était encore balbutiant.

Dans une équipe menée par Ken Thompson et Rob Pike, des nouveautés sont intégrées comme proposer une interface graphique dès le départ, le support du TCP/IP. Sans oublier des nouveautés qui ont été rétro-portés sur les Unix « vieille école » comme le standard Unicode pour permettre de simplifier la tâche des développeurs.

Entre 1992 et 2002, quatre éditions de Plan9 sortiront. L’université de Berkeley en 2014 fut autorisée à publier le code de la quatrième édition sous licence GPL v2.

On peut d’ailleurs récupérer une image ISO pour voir à quoi ressemble Plan9

J’ai donc récupéré l’image ISO et j’ai décidé de passer par Qemu. VirtualBox ne semble pas être le meilleur outil pour voir Plan9 en action.

Mais d’où vient le nom Plan9 ? Tout simplement du « pire film de tous les temps » (quoiqu’avec les productions à la « Bad Buzz » sorti en 2017) tourné en 1959 par Ed Wood.

Quant à Glenda, c’est un hommage à un autre film d’Ed Wood « Glen or Glenda » qui s’était penché – quoiqu’un peu tôt et avec maladresse – sur la transexualité. Sans oublier l’éditeur Acme qui est sûrement un clin d’oeil à la Acme Corporation qui peuple les épisodes des Looney Toons.

C’est vrai que c’est un système cryptique et j’avoue que je serai incapable de l’utiliser plus de quelques heures sans avoir envie de le balancer par la fenêtre… Mais cela montre aussi la culture et l’humour des développeurs… Qui sont allés un peu plus loin, car il s’appelle Inferno… Ah, ces développeurs 🙂

Vieux Geek, épisode 90 : l’arche du Captain Blood, le jeu d’aventure sans fin ou presque ?

Je sais ce que vous allez me dire : p’tain, il va nous la jouer laxatif avec un jeu d’aventure sorti il y a une grosse trentaine d’années… C’est en partie vrai, et en partie faux.

Si on parle de jeu d’aventure mythique, avec Zork, c’est un de ceux qui font partie des plus cités. Il a été publié par Ere Informatique qui deviendra Exxos puis Cryo par la suite.

Petite parenthèse : j’avais déjà parlé des jeux d’aventures d’Ere Informatique dans l’épisode 38 de la série vieux geek. Fermons la parenthèse.

Sorti en 1988 d’abord sur Atari ST, il a été porté sur Amiga, Amstrad CPC, Commodore 64, PC, Thomson et même Spectrum… Autant dire que ce fut un jeu multi-plateforme.

Le joueur incarne Bob Morlock, surnommé Blood, un programmeur qui vit dans la misère. Il décide de développer un jeu où l’on doit combattre des extra-terrestres. Suite à une fausse manipulation, il se retrouve enfermé dans son jeu. Devant prendre la fuite, un accident arrive, et le pauvre Bob est démultiplié en une trentaine d’exemplaires de lui-même. Il parcourt l’univers qu’il a créé pour retrouver ses clones et les réabsorber.

Au bout de 8 siècles de recherches, il n’en manque plus que les 5 derniers numéros à récupérer.

Le jeu a une surface de jeu assez grande pour l’époque : plus de 32 000 planètes sont visitables, mais une cinquantaine seulement est habitée par des êtres plus ou moins sympathique, plus ou moins diplomates.

Après avoir envoyé un Oorxx en éclaireur, il faut parfois se frayer des chemins sur des planètes minées. Ensuite, il faut papoter avec une interface à base d’icones pour se faire comprendre par les personnages que l’on peut rencontrer. Sans oublier que le temps est compté et quand la récupération d’un des numéros, le bras de Blood se met à souffrir de la maladie de Parkinson 🙁

J’ai uniquement connu le jeu sur Amstrad CPC, et c’est donc la version que je présente rapidement dans la vidéo ci-après.

Entre le sample d’Ethnicolor de Jean-Michel Jarre, les effets spéciaux portés sur Amstrad CPC, c’est un jeu qui est resté dans ma mémoire même si je n’en ai jamais vu la fin et que des outils aient été mis en place pour espionner les coordonnées intéressantes…

J’ai rajouté en fin de vidéo la version d’origine que j’ai réussi à faire fonctionner quelques heures après avoir enregistré la première partie.

Oui, c’est un peu une madeleine de Proust ici, mais est-ce mal d’avoir de la nostalgie d’un jeu qui était vraiment incroyable pour l’époque ? 🙂

Vieux Geek, épisode 89 : Strife, un jeu de rôle FPS sorti au mauvais moment…

Le mélange jeu de rôle et FPS n’est pas nouveau. Un des premiers jeux a proposé un tel mélange fût Hexen en 1995 publié par Raven Software. Hexen 2 reprit le même principe avec le moteur de Quake.

En 1996, Rogue Entertainment proposa un jeu de rôle avec des éléments de FPS basé sur un moteur de Doom retouché, Strife : Quest for the Sigil. Le studio publia deux extensions alias Mission Pack pour Quake et Quake 2, respectivement « Dissolution of Eternity » et « Ground Zero ».

Malheureusement pour le jeu, en 1996 des monstres comme Duke Nukem 3D et Quake arrivèrent sur le marché.

Sortie en février 1996 en version shareware et en mai 1996 en version complète, le jeu n’était cependant pas dénué d’intérêt.

Pour vous montrer le jeu en action, j’ai donc récupéré la version librement téléchargeable, celle de démonstration, et je l’ai lancé dans DosBox.

Comme vous avez pu le constater, même au niveau le plus simple, la moindre erreur se payait au centuple.

La grande taille des niveaux, leur imbrication, l’existence de trois fins différentes en font un jeu qui vous parlera si vous aimez le mélange jeu de rôle et FPS.

On peut l’acheter pour quelques euros sur gog.com. Maintenant, à vous de voir si la nostalgie ou la curiosité peut l’emporter sur les jeux modernes 🙂

Vieux Geek, épisode 88 : 98lite, le produit de régime de MS-Windows 98/98Se et Millenium.

1998… La deuxième génération de MS-Windows grand public dit 32 bits pointe le bout de ses octets. Suite spirituelle de MS-Windows 95, il est orienté internet, et propose aussi un meilleur support de l’USB… Ce qui n’était pas difficile !

Nous sommes alors en pleine première guerre des navigateurs qui oppose Microsoft et Netscape. Pour couper l’herbe sous le pied de la concurrence, Microsoft décide d’intégrer au plus profond le navigateur internet dans son OS.

Cela lui vaudra des ennuis judiciaires par la suite au nom de la loi antitrust (cf cet article des échos publié en 1998). En 1998, Shane Brooks s’aperçoit que son pc portable qui se débrouillait pas trop mal avec MS-Windows 95 se met à ramer avec le nouvel OS. Il décide donc d’écrire un logiciel pour alléger l’ensemble. 98Lite est né.

Le logiciel supportera par la suite les MS-Windows 98SE et Millenium. Un équivalent pour MS-Windows 2000 et XP a été développé. Le principe ? Désencastré au maximum Internet Explorer pour alléger l’OS.

98Lite est un logiciel payant à 25$, mais une version d’aperçu est disponible.

J’ai donc installé un MS-Windows 98Se et j’ai lancé mon enregistreur de vidéo pour vous montrer la version réduite de l’outil en action.

Il n’y a pas à dire, avec 98Lite, on avait un MS-Windows 98 dopé côté vitesse. Mais il fallait bien que Microsoft écrase la concurrence en aidant Netscape à disparaître. Même si Netscape 4 était moyen voire mauvais par endoite, l’intégration poussé d’Internet Explorer dans MS-Windows n’a pas été complètement innocent dans la disparition d’un des acteurs historiques de la navigation graphique sur internet.

Vieux Geek, épisode 87 : Bad Toys, le FPS le plus bizarre de l’histoire du PC :)

En 1994, les jeux vidéo intéressants sont développés pour MS-Dos, surtout quand le besoin de vitesse se fait sentir. Microsoft veut attirer les développeurs pour aider MS-Windows à sortir de son côté outil de travail, et propose alors des technologies comme WinG dont j’avais parlé dans l’épisode 10 de la série « Vieux Geek ».

Les développeurs de Tibo Software décident de proposer un clone de Wolfenstein 3D qui se passe dans un univers un peu déjanté, celui des jouets. Après tout, pourquoi pas ? En 1994, Bad Toys sort…

On peut récupérer la première version sur archive.org. Cette première version est en noir et blanc. Faut pas pousser non plus 🙂

Avec la sortie de MS-Windows 95, l’équipe travaillera une version améliorée qui verra le jour en 1998, appelée Bad Toys 3D. Les améliorations ? Des graphismes en couleurs, plus de niveaux et une ergonomie plus complète. Les niveaux semblent être aussi différents, et on peut obtenir la carte d’un niveau en cours. Ce qui est quand même pratique.

Autant montrer les deux versions en action. Attention, ça va piquer les yeux et les oreilles 😀

Entre les sons irritants, les personnages dont on peut penser qu’ils abusent de certains substances illicites, on se dit que ce FPS est vraiment déjanté. Mais l’est-il moins que Chex Quest dont j’ai parlé dans l’épisode 64 de la série Vieux geek en juillet 2016 ?

À vous de me dire !

Vieux Geek, épisode 86 : DrOrca, le « pseudo-navigateur » internet basé sur Mozilla Firefox.

Durant des années, en gros de la sortie de MS-Windows XP à celle de MS-Windows Vista, soit de 2001 à 2006, le marché des navigateurs internet a été celui du quasi-monopole d’Internet Explorer.

Pour contourner ses limitations ergonomiques, par exemple l’absence d’onglets de navigation, nombre de codeurs ont créé des « pseudo-navigateurs » qui était en réalité des surcouches graphiques pour le moteur d’Internet Explorer jusqu’à sa version 11, Trident.

L’un d’eux qui existe toujours de nos jours, AvantBrowser eut envie entre 2005 et 2009 de proposer une autre option : celle d’utiliser Gecko, le moteur utilisé par Mozilla Firefox pour proposer du choix.

En octobre 2005, je pondais un court article proposant un fichier pdf, toujours disponible d’ailleurs. Après quelques recherches, je me suis aperçu que DrOrca, devenu Orca Browser a survécu jusqu’à fin 2009. En effet, via le site Major Geeks, j’ai pu apprendre que l’ultime version a été une 1.2 build 6.

J’ai donc voulu revoir à quoi ressemblait ce « pseudo-navigateur ». J’ai retrouvé un MS-Windows 7 – sorti le 22 octobre 2009 – pour y installer OrcaBrowser…

Mais le plus simple est de jeter une œil sur la vidéo ci-après.

On pourrait dire de nos jours que nous sommes dans la même situation avec les projets suivants qui utilisent tous les moteurs de Google Chrome, à savoir Webkit/Blink.

  • Opera à partir de la version 15
  • Vivaldi
  • Brave développé par Brendan Eich et son équipe
  • Midori développé pour servir avec l’environnement Xfce
  • Web anciennement Epiphany pour l’environnement Gnome

Et encore, je suis resté dans les grands noms. Si on voulait continuer la liste, je pense qu’il y aurait bien une dizaine de noms à rajouter. Nous avons ainsi une fausse diversité. Nous avons le choix de l’interface, mais cela me fait penser à une phrase d’Henry Ford : « Les gens peuvent choisir n’importe quelle couleur pour la Ford T, du moment que c’est noir. »

On n’est pas très loin ici, non ?

Vieux geek, épisode 85 : les oubliés MS-Word 5.5 et 6.0 pour MS-DOS…

Même si j’utilise couramment LibreOffice Writer pour mes textes plus ou moins sérieux, plus ou moins administratif, j’ai comme de nombreuses personnes qui ont fait leurs premières armes sur PC au milieu des années 1990 commencé sur MS-Word 6.0 pour MS-Windows 3.1, et pour les plus friqués à l’époque sur MS-Word 7.0 (alias 95) pour MS-Windows 95.

Même si j’ai pu via mon – inutile ? – passage sous les drapeaux récupérer la totalité du pack MS-Office 4.2, il ne faut pas oublier que la carrière de Microsoft Word pour MS-DOS ne s’est pas arrêté en 1992 avec la popularisation de MS-Windows 3.1. Loin de là.

Après avoir fouillé aux endroits bien pourvus en dinosauriciels, j’ai pu mettre la souris sur le duo MS-Word 5.5 pour MS-DOS (en français) sorti en 1991, et un MS-Word 6.0 pour MS-DOS (en anglais) sorti en… 1993 !

Je n’ai pas hésité à créer une machine virtuelle avec un MS-Windows 3.1 pour retrouver cette glorieuse époque, et Simple Screen Recorder a été mis à contribution pour immortaliser tout cela.

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, l’outil était rustique, mais puissant. J’ai été étonné d’apprendre que l’ajout de tableau n’a été une réalité qu’à partir de MS-Word 6 ! Ça fait tout drôle d’imaginer cela, tiens 🙂

Et dire que c’était le top du top il y a un petit quart de siècle… Il n’y a pas à dire, c’est beau par moment le progrès 😀

Vieux geek, épisode 84 : Doom 95, ou comment Microsoft voulait imposer MS-Windows 95 pour le jeu vidéo…

Nous sommes en 1995. Toute personne voulant jouer sur PC sait qu’en dehors des jeux pour MS-Dos, il n’y a pas de choix. Il y a bien des jeux pour MS-Windows 3.1x, mais en dehors du Solitaire, de la Dame de pique, c’est assez clairsemé…

Or, pour promouvoir son nouvel OS, Microsoft sait qu’il lui faut de l’artillerie lourde… Et quoi de mieux qu’un port de Doom, titre emblématique de 1994 pour se faire de la publicité ? Derrière Doom95, il y a un certain… Gabe Newell (fondateur de Valve) avec une équipe de développeurs pour porter le célèbre FPS.

Même si certains titres sont prévus pour la sortie de MS-Windows 95, dont le port de Terminal Velocity sous le nom de Fury3 dont j’ai parlé dans l’épisode 55 de la série vieux geek en février 2016.

Montrer Doom95 en action n’a pas été chose facile. Je n’avais pas envie de me prendre la tête à installer un MS-Windows 95 et son lot d’instabilité. J’ai donc choisi – je sais j’ai honte – la facilité et je suis parti d’un MS-Windows 2000 SP4 dans une machine virtuelle.

Même si le port était impressionnant pour l’époque, bien que franchement ralenti dans la vidéo, il faudra encore attendre 1997 et la sortie de titre comme Quake 2 pour que les jeux daignent enfin considérer MS-Windows comme une plateforme intéressante et fiable.

Vieux geek, épisode 83 : Microsoft OS/2 1.30, le dernier effort collaboratif entre le papillon et Big Blue…

Avant de dire que j’ai fumé quelques substances illicites, il faut se souvenir de l’histoire mouvementé d’OS/2, qui survit de nos jours avec le projet Arca Noae.

1987 : Microsoft et IBM voyant que les limites du QDOS revampé par Microsoft en MS-DOS atteint ses limites, les deux entités se mettent au travail pour produire le successeur qui sera OS/2. Décembre 1987,OS/2 1.0 sort et n’est au final qu’une simple interface texte, même si le multitâche tant recherché par IBM et Microsoft est disponible.

Novembre 1988 : c’est la sortie d’OS/2 1.1 qui propose une interface graphique, Presentation Manager (qui a quelques ressemblances à ce que sera MS-Windows 3.0x en 1990)

Novembre 1989 : au tour d’OS/2 1.2, qui propose un système de fichier moderne, le HPFS, et dépasse la limite des 8+3 caractères pour les noms de fichiers.

1990 : des dissensions se font sentir entre les deux acteurs. MS-Windows 3.0 est sorti et son interface graphique proche de celle d’OS/2 fait du mal à IBM.

1991 : c’est la sortie d’OS/2 1.30.x, et la rupture est consommé entre les deux acteurs. Microsoft garde le code prévu pour OS/2 3.0 (qui deviendra MS-Windows NT comme évoqué dans ce billet vieux geek de février 2016), et IBM se lance à corps perdu dans le développement de sa version d’OS/2 2.0, qui contrairement à la génération 1.x sera 32 bits.

J’avais toujours eu envie de mettre la main sur la version Microsoftienne d’OS/2. En fouillant un peu, j’ai pu trouver quelques pépites : MS-OS/2 1.30.1 et des versions de MS-Word et MS-Excel pour OS/2.

Outre le fait que l’installation est particulièrement longue et laborieuse, il faut jouer au grille pain avec les diverses images de disquettes en serrant les fesses pour que tout aille jusqu’au bout.

L’écran de démarrage :

Le formatage de la partition :

Après une séance de jonglage avec les disquettes 🙂

L’installation de MS-Word… Rustique, non ?

Et celle de MS-Excel un peu plus agréable 🙂

Dans mes recherches, j’ai été infoutu de trouver des versions françaises des logiciels pour OS/2 🙁

Pour montrer les parentés visuelles, j’ai installé aussi une machine virtuelle avec un MS-Windows 3.0x, et des versions de MS-Word et MS-Excel dévolue à MS-Windows 3.0x…

Y a pas à dire, il y avait quand même des liens de parentés… Et dire que cela remonte à un quart de siècle déjà… Souvenirs, souvenirs 😀