Guide d’installation d’Archlinux, version de juillet 2017.

Voici la quarante-cinquième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de juin 2017.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso. Au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er juillet vers 10 h 20 du matin, l’ISO de juillet 2017 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.24.1, Plasma 5.10.x, Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.18.0 en gtk3. J’ai légèrement modifié la ligne d’installation de Mate-Desktop pour améliorer ses fonctionnalités.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Guide d’installation d’Archlinux, version de juin 2017.

Voici la quarante-quatrième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de mai 2017.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso. Au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er juin vers 09 h 45 du matin, l’ISO de juin 2017 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.24.1, Plasma 5.9.5 – la version 5.10.0 aux alentours du 4 ou 5 juin ? – Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.18.0 en gtk3.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Tuto : Du bon usage du courrier électronique

Envoyer un courrier électronique / email paraît si simple que l'on en oublie la méthode, la sécurité et tant d'autres petits détails. Genma a écrit un excellent article pour cela et dont je vais reprendre quelques notions importantes dans ce qui suit. Il faut déjà rappeler que le mail n'est qu'un équivalent dématérialisé de la bonne vieille lettre. Il constitue donc "un bon moyen de traçabilité : Il permet d’avoir une date et une preuve d’une demande par exemple", même si des juristes pourront apporter des précisions dans ce domaine. Mais dans un cadre professionnel mais aussi privé, on en reçoit énormément, ce qui impose de suivre quelques règles.

Piratage : Le jour où l’on découvrit notre dépendance…

... A l'informatique et aux réseaux est arrivé Vendredi. Enfin, presque, car je ne suis pas sûr que tout le monde réalise les dangers, tant qu'il n'y a pas été confronté. Pour savoir de quoi je parle, un petit détour vers un article peut aider... en voici un. On y voit que de l'opérateur réseau, au système de santé, en passant par un constructeur automobile ou un transporteur de colis, tout y est passé. Mais au lieu d'une classique attaque par déni de service (comme il y a eu cette semaine sur un noeud du réseau de la presse française, suffisamment stupide pour avoir un fournisseur de service unique), c'est passé par un ransomware qui s'est propagé d'une manière pas encore totalement identifiée. Un ransomware, pour faire simple, c'est un virus qui va vous empêcher d'accéder à vos fichiers et vous demander une rançon en échange. Celui ci, baptisé WCry, serait apparu un peu avant début février, sans doute, et exploite une faille windows qui a été rapidement corrigée

Tuto : Naviguer mobile (et libre) avec moins de publicités

Si tout le monde connaît les bloqueurs de publicité sur son PC/Mac avec des produits comme ABP ou µBlock Origin, ce n’est pas si simple sur son smartphone ou sa tablette. Mais heureusement, il y a des solutions…

Sur Android, Google n’a aucun intérêt à mettre une possibilité de bloquer la publicité, puisque c’est son gagne-pain. Alors oubliez tout de suite Chrome. Pour naviguer librement, avec le moteur de recherche de son choix et un filtre antipub, il n’y a qu’un choix viable aujourd’hui : Firefox ! D’autant que contrairement à son homologue PC, il n’est pas plus lent à démarrer ou plus lourd en mémoire que ses concurrents. Donc l’étape 1, c’est de Télécharger Firefox Mobile : Android / iOS

L’étape 2, c’est d’ouvrir le navigateur et d’aller dans le menu.

Dans ce menu, on va appuyer sur <Outils>.

puis dans le sous menu, on appuie sur <Modules Complémentaires>

On arrive à la liste des modules installés. 

On appuie alors sur <Parcourir tous les modules complémentaires de firefox>. Une fenêtre du navigateur s’ouvre avec une recherche possible.

Etape 3 : Trouver µBlock Origin

Dans la zone de recherche, on tape par exemple block origin et on appuie sur la petite loupe. On tombe alors sur une liste et on va choisir le <µBlock Origin> de Raymon Hill pour arriver ensuite sur la page suivante.

Là, un sombre idiot a inventé un bouton à droite pour activer le truc au lieu d’écrire clairement à quoi ça sert. Donc il suffit d’appuyer sur ce bouton blanc et gris pour voir la progression du téléchargement et que ça devienne vert.

Un message vous confirme l’installation et vous pouvez revenir voir la liste des modules installés.

vous pouvez aussi accéder à cette liste en tapant « about:addons » dans la barre d’adresse. Un appui sur l’item permet de le désactiver ou le désinstaller. Mais vous avez maintenant un item <ublock origin> tout en bas du menu de firefox qui vous donne la même possibilité que sur votre pc, c’est à dire de le désactiver sur une page, de connaître combien d’espions il a bloqué, etc…

Vous voilà équipé pour le monde sauvage de la toile…et en plus, en logiciels libres !

 


Tagged: android, µblock origin, firefox, internet, iOS, logiciel libre, mobile, publicité, tutoriel

Guide d’installation d’Archlinux, version de mai 2017.

Voici la quarante-troisième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle d’avril 2017.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso, au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er mai vers 10 h 15 du matin, l’ISO de mai 2017 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.24.1, Plasma 5.9.5, Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.18.0 en gtk3. Budgie Desktop et Cinnamon ont été enlevés pour des raisons de place.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Guide d’installation pour Archlinux, version d’avril 2017.

Voici la quarante-deuxième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de mars 2017. Et publier la 42e version du guide un premier avril, quelle victoire geekienne 😀

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso, au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er avril vers 09 h 00 du matin, l’ISO d’avril 2017 n’est pas encore disponible.

Le projet Archlinux32 semble commencer à proposer des images ISO. Si tout se passe bien, j’amenderai la version du mois de mai 2017 du tutoriel pour officialiser le changement.

Côté environnements : Gnome 3.22.2, Plasma 5.9.3, Xfce 4.12.0, Cinnamon 3.2.8 et Mate-Desktop 1.18.0 en gtk3, et Budgie-Desktop 10.2.9.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Tuto : Les pièges du cloud sur l’archivage des photos et vidéos

Ce n’est pas vraiment un tutoriel que je vais proposer dans ce qui suit mais plus une série de conseils, de bon sens mais qui semblent échapper à beaucoup d’utilisateurs de smartphones.

L’idée m’est venue en lisant un article sur Zataz sur les petits problèmes d’Apple avec un groupe de pirates nommé Turkish Crime Family. Ceux-ci menacent apple de supprimer des millions de comptes icloud. Accessoirement, de nouvelles stars se sont encore fait piratées des photos très privées sur leur compte icloud. Je me suis demandé alors, comment on peut être assez con pour laisser trainer des photos très privées sur des comptes de cloud, après tout ce qui est arrivé à d’autres stars. Mais c’est connu, « ça n’arrive qu’aux autres ».

En fait, le problème vient de la méconnaissance de ce que fait un smartphone. Prenons l’exemple de l’Iphone : A la première photo prise par l’appareil, iOS propose de sauvegarder toutes les photos automatiquement sur icloud. Et par confort et fainéantise, l’utilisateur va répondre OUI dans ce qui lui est proposé. A ce moment là, tout va se retrouver sur icloud, même la photo qu’on a pris pour s’amuser dans un délire avec les potes… Attention Danger : c’est là qu’on va oublier pas mal de choses et cela intéressera des personnes mal intentionnées qui peuvent ensuite passer au chantage. C’est valable évidemment pour les photos comme pour les vidéos et tous les documents. On oublie que rien n’est infaillible en terme de sécurité, surtout pas les empreintes digitales ou même la rétine de l’oeil.

Mais l’iphone n’est pas le seul touché. Tous les clouds proposent des applications qui vont aussi faire le même genre de proposition d’archivage automatique. Je l’ai vu sur Flickr, sur Google Photo, sur les applications propres au constructeur du smartphone, sur Mega, sur Box, etc…. et même sur Owncloud ou Cozy Cloud . Oui, on déresponsabilise l’utilisateur qui ne se pose même plus la question de ce qu’il doit faire de ses photos. La bonne réponse est donc de dire NON à toute sauvegarde automatique.

 

On peut se fixer des petites règles simples pour sauvegarder correctement ses photos.

  • La périodicité sera à fixer selon chacun et on peut même se faire des rappels via l’agenda du smartphone par exemple.
  • Ensuite, il s’agit de faire le tri dans les dernières photos, entre ce que l’on veut garder ou pas. On supprime donc ce qui n’est pas à conserver.
  • Dans ce qui est à conserver, il faut faire le tri entre ce qui présente un « risque » ou pas. Par exemple, des photos à caractère confidentiel pour son entreprise, pour sa vie personnelle…
  • Ce qui présente un risque devra être sauvegardé dans un environnement non partagé sur l’extérieur, c’est à dire tout sauf un cloud. Cela peut-être un serveur personnel (NAS) qui reste partagé uniquement localement, mais attention aux mots de passe Wifi (WPA plutôt que WEP). Ne pas oublier la sauvegarde de la sauvegarde partagée localement.
  • Ce qui ne présente pas de risque pourra être mis sur un cloud, mais aussi sauvegardé ailleurs, si on juge que la perte est importante.

Avec un peu d’habitude, on s’apperçoit que ce n’est pas très contraignant. Je le fais par exemple tous les mois et ça suffit largement.

Donc maintenant, allez voir vos partages en cours sur votre smartphone et regardez aussi ce qui est déjà présent sur votre « nuage », car sinon d’autres profiteront de ce que vous faisiez quand vous étiez dans les nuages.

Guide d’installation d’Archlinux, version de mars 2017.

Voici la quarante-et-unième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de février 2017.

Désolé pour le délai de publication en ce mois de mars 2017. Je compte désormais publier les mises à jour du tutoriel entre le 2 et le 5 de chaque mois.

Côté environnements : Gnome 3.22.2, Plasma 5.9.3, Xfce 4.12.0, Cinnamon 3.2.8 et Mate-Desktop 1.16.1 en gtk3, et Budgie-Desktop 10.2.9.

Un ajout a été fait concernant l’installation avec le noyau linux-lts. Merci à Sp3r4z pour l’information 🙂

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

NB 2 : si vous voulez installer une archlinux en 32 bits, je vous conseille de récupérer l’ISO du mois de février 2017. Cf cette annonce sur le site francophone.

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Tuto : Bien envoyer une vidéo par son smartphone Android en se passant des GAFAM

Pour qui n’a pas un pc sous la main ou ne veut pas envoyer un pitoyable MMS, il n’y a pas d’autre solution : Il faut que la vidéo soit d’une taille raisonnable pour un envoi par email… surtout si on ne veut pas la partager sur des plateformes propriétaires comme Youtube, Dailymotion ou Facebook. Voici les solutions sur Android.

Car là semaine dernière les enfants d’un ami avaient fait une vidéo sur leur smartphone et étaient incapables de l’envoyer sans avoir leur pc pour la « convertir ». OBJECTION,  petit scarabée ! Tu aurais pu le faire… Même avec un réseau 3G tout pourri et un forfait limité.

La première hypothèse est de choisir le bon format d’enregistrement de la vidéo à la création. Ce n’est pas toujours possible. Mais par exemple sur mon vieux z1 compact on se met en mode photo et on va dans les paramètres du capteur en mode selfie (la résolution dans l’autre mode reste trop importante).

on sélectionne le deuxième onglet (mode vidéo) et on sélectionne la résolution en la réglant à 640×480 ce qui reste gérable en émail sans être dégueulasse.

L’inconvénient est que si on veut garder ce chef d’oeuvre pour soi, ça ne sera pas en Hd.

Donc on peut faire la vidéo en Hd et en faire une version basse résolution pour l’envoi, façon rush. J’aurais pu aussi vous conseiller des produits d’éditions, comme le Quick de Gopro. Mais vous n’avez pas besoin d’une usine à gaz qui vous imposera ensuite des logos, des comptes à créer. Je passe donc par ce bon vieux MediaConverter qui fait appel au classique ffmpeg que les linuxiens connaissent bien. Il faut donc installer MediaConverter ET son addon ffmpeg codec arm etc…qui vous sera proposé. C’est le v7 pour moi. A l’ouverture de MediaConverter, il faut sélectionner la vidéo.


Puis un menu est proposé. On va sélectionner advanced parce qu’on est des boss!

On va ensuite devoir définir quelques options, comme le format de sortie en avi.(ou mieux encore en mp4/aac)

on va laisser le reste comme ça jusqu’à…

Vidéo quality qu’on met au milieu…On peut essayer jusqu’au trois quart. Puis on va choisir la résolution. 640×480 paraît bien, une fois encore.

Ne reste plus qu’à donner le nom et le lieu de sauvegarde. Attention à ne pas sauvegarder en écrasant la vidéo d’origine. Un nom rappelant que c’est la version low définition paraît plus sûr. Une vidéo Hd de 10s prend 20Mo et devient en 640×480 un fichier de 0,7Mo….

Voilà, ce Tuto à été fait intégralement sur téléphone mobile, d’ailleurs. Facile non? Et on reparlera de solutions d’hébergement de vidéo sans GAFAM plus tard.

 

Test/Tuto : PluXML est-il le moteur de blog le plus simple sur une page Free?

Pour qui veut installer son blog sur une page perso Free, cela devient assez compliqué. WordPress a beaucoup grossi et on se retrouve bridé dans ses fonctionnalités. La simplicité a du bon et un moteur de site sans base SQL apparaît vite comme une solution. PluXML est un des plus populaires dans la communauté francophone […]

Tuto/Science : Comment les fabricants de matériels s’adaptent à la fin de l’hégémonie Windows?

Je vais m’essayer un peu plus à la vulgarisation scientifique, dans mon milieu (la mesure) et je commence par parler d’une tendance de fond depuis quelques années.  Avant, lorsqu’on avait un matériel de mesure, qu’il soit électrique (générateur, centrale d’acquisition, par exemple), d’analyse chimique ou autre, on avait souvent un joli CD avec le pilote […]