Le noyau linux-libre, un cul-de-sac à terme ?

J’ai pu lire sur Phoronix qu’à peine sorti, le noyau linux 4.14 avait été disséqué pour enlever les micrologiciels et bouts de code précompilés nécessaire au fonctionnement de nombre de matériels.

Le projet Linux-libre veut proposer un noyau complètement débarrassé de ces bouts de code. C’est un choix qu’on peut comprendre sur le plan éthique, même si cela peut entraîner soit le non-support soit un support imparfait du matériel que l’on a parfois acheté à des prix qui font mal au fondement.

Cependant, on peut lire sur l’article de Phoronix la phrase suivante qui résume bien le noeud du problème concernant la production du noyau « libéré » :

There were also complications around upstream Linux 4.14 having dropped their in-tree firmware code.

Une traduction rapide :

Il y avait aussi des complications autour de Linux 4.14 en amont ayant abandonné leur branche du code pour les micrologiciels.

Mais il reste un problème de taille… Le noyau 100% libre ne saurait être vraiment utilisable sans problème sans du matériel qui est lui aussi 100% libre…

Cela veut dire proposer entre autre sous licences libres :

  • Un bios / uefi
  • Un microprocesseur
  • Un circuit son
  • Un circuit graphique
  • Un circuit réseau filaire
  • Un circuit réseau pour le wifi

Le tout se branchant sur une carte mère libre… Et si on regarde, cette liste est loin d’être remplie… Sauf erreur de ma part, il y a bien un bios libre, c’est CoreBoot et sa variante LibreBoot.

Pour les microprocesseurs, il y a le projet RiscV avec une création bien avancé, LowRisc. Il y a aussi d’autres projets basés sur l’architecture Sparc, comme OpenSparc par exemple, mais comme c’est sous la coupe d’Oracle…

Pour tout ce qui est audio, graphisme ou encore le réseau, c’est pas franchement la joie. Le projet Open-Source Graphics ayant disparu vers 2010-2012…

Même si un ensemble de composants 100% libre avec pour résultante un ordinateur 100% libre, il faudrait alors se pencher sur les périphériques les plus courants comme les imprimantes… Et quel serait le prix de production et donc de commercialisation de tels produits ?

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augures, il est à craindre que les noyaux 100% libre ne soient à terme un cul-de-sac, surtout sur du matériel récent qui contient des parties non libres pour éviter de produits contrefaisants, comme des Core i7 en 2010…

J’espère juste me tromper !