Vieux Geek, épisode 106 : Xbill, un jeu vidéo à l’humour geek :)

Il est bien connu qu’avant l’arrivée de Steam, il était presque impossible de jouer sous les distributions GNu/Linux… Il est vrai qu’il n’y avait pas eu de ports pour Doom, Quake à Quake 3 Arena (portés par id software), et qu’avec Wine rien ne fonctionnait vraiment 🙂

En dehors de cette pointe d’humour, il y a eu quelques jeux assez basiques qui ont toujours existé sur les distributions GNU/Linux. Certains, comme XBill la jouait carrément humour acide.

XBill est basé sur un principe simple : vous êtes un administrateur système et vous devez empêcher que Billou (Williams Gates) ne vérole vos machines en y installant MS-Windows dessus. Vous avez l’option de l’écraser comme une mouche, et en cas de contamination via un réseau, un seau d’eau vous permet d’arrêter l’infection.

Si au premier niveau, les ordinateurs sont indépendants les uns des autres, à partir du deuxième ou troisième niveau, ils sont interconnectés… Si un ordinateur en réseau avec un autre est contaminé, c’est la réaction en chaine.

Principalement développé entre 1994 et 2002, le jeu est un bon passe temps pour se décontracter durant 5 ou 10 minutes. Mais rien de mieux que de montrer le jeu en action 🙂

Comme vous avez pu le voir, une version complémentaire et à l’humour tout autant absurde, XLennart où Bill Gates est remplacé par Lennart Poettering a été développé vers 2015-2016 pour se moquer gentiment des guerres intestines sur les systèmes d’init…

Oui, les graphismes sont moches, mais c’est hautement addictif… Et tellement bon pour se détendre les nerfs 😀

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac. À moins d’une dizaine de jours de la pire fête commerciale de l’année, quoi de neuf ?

Côté logiciel libre, informatique et internet.

    • Pour les fans de BSD libre, je demande TrueOS 17.12 avec entre autres choses l’environnement Lumina Desktop 1.4, OpenRC pour gérer les services et une base FreeBSD 12 encore en développement où je rédige ce rapide billet.
    • Elle a failli manquer la fin de l’année, mais l’excellente MX Linux 17 pointe le bout de son nez, basée sur la Debian GNU/Linux Stretch.
    • LinuxMint rajoute les versions 18.3 de ses saveurs Xfce et KDE. Pour les fans uniquement de la distribution centrée sur Cinnamon et Mate-Desktop 🙂
    • Pour les amateurs de virtualisation, je demande Qemu 2.11.0 publié le 13 décembre 2017. Faut bien varier les plaisirs avec VirtualBox, non ?

Côté culture ?

Bon week-end !

Où en est la Slackware Linux current en décembre 2017 ?

Fin mars 2017, je faisais un article pour avoir un aperçu de la future succession à la distribution Slackware Linux 14.2, qui était sortie en juin 2016, soit peu ou prou 18 mois au moment où je rédige cet article. On est donc à quelque chose comme 6 mois de la sortie d’une nouvelle version majeure, si on prend comme moyenne 2 ans entre chaque version de l’ancestrale distribution GNU/Linux.

Comme pour l’article du mois de mars 2017, j’ai décidé de partir d’une image live avec Mate Desktop proposée par AlienBob. Au moment de la rédaction de cet article, c’est une image du 22 novembre 2017 que l’on peut récupérer.

fred@fredo-arch ~/Téléchargements/ISO à tester % wget -c http://bear.alienbase.nl/mirrors/slackware-live/latest/slackware64-live-mate-current.iso
–2017-12-09 10:21:56– http://bear.alienbase.nl/mirrors/slackware-live/latest/slackware64-live-mate-current.iso
Résolution de bear.alienbase.nl… 163.172.25.142
Connexion à bear.alienbase.nl|163.172.25.142|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 2099478528 (2,0G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « slackware64-live-mate-current.iso »

slackware64-live-ma 100%[===================>] 1,96G 4,11MB/s ds 8m 11s

2017-12-09 10:30:07 (4,08 MB/s) — « slackware64-live-mate-current.iso » sauvegardé [2099478528/2099478528]

J’ai donc ensuite créé une machine virtuelle avec VirtualBox pour faire mumuse avec l’ensemble. J’ai demandé au moment du démarrage à utiliser un environnement en français, ce qui était plus agréable pour la suite.

Une fois l’écran de connexion passé – utilisateur et mot de passe étant live – on a droit à un Mate-Desktop 1.19.1 avec le fond d’écran « ciel de Tchernobyl » pour reprendre une remarque d’un collègue youtuber 🙂

Le noyau linux 4.14.1 est utilisé. Cependant, si on en croit le fichier de changement de Slackware, celui-ci posant quelques problèmes, Patrick Volkerding a décidé de revenir temporairement au noyau 4.9 à compter du 2 décembre 2017.

Sat Dec 2 20:32:45 UTC 2017
We’re moving back to the 4.9.x kernel series in the main tree until we can
figure out a fix for unstable 4.14.x kernels (especially on 32-bit). Guessing
it’s probably going to be fixable with .config changes, since a greatly
simplified .config is stable. Meanwhile, the latest 4.14.x kernels can now be
found in the testing/ directory.

On verra si en post-installation, le noyau est rétrogradé ou pas 🙂

Comme pour l’article du mois de mars, j’ai utilisé gparted pour partitionner le disque dur, puis j’ai demandé à accéder à un terminal administrateur.

J’ai lancé setup2hd (qui ressemble à l’installateur officiel de Slackware) et j’ai appris ainsi que l’ensemble avait pris un peu d’embonpoint… En effet, on est passé de 6,6 à 8,3 Go… Ouille 🙁

L’installation est assez longue, et je pense que l’on peut blâmer ici la machine virtuelle. Il faut en effet compter une grosse heure et demie pour que l’ensemble soit terminé. C’est plutôt long 🙁

J’ai ensuite attaqué l’ajout du réseau (en demandant l’activation de NetworkManager, la configuration du fuseau, du choix des services à activer ou encore le mot de passe du compte root. Une fois tout cela terminé, j’ai fait redémarrer l’ensemble.

Le fuseau horaire à appliquer ?

Sans oublier de choisir la bonne session… Et de m’apercevoir que je pourrais virer quelques paquets un peu plus tard 🙂

Quand j’ai pu récupérer la main, je me suis attaqué aux mises à jour rendues disponible depuis la production de l’image ISO. Pour cela, j’ai ouvert une console (avec le raccourci clavier touche ctrl de droite et F2, l’équivalent du ctrl-alt-F2 sur une vraie machine).

Première étape ? Édition du fichier /etc/slackpkg/mirrors.conf et j’ai décommenté un seul miroir dans la section slackware current.

J’ai ensuite entré la série de commande « magique » de slackpkg pour avoir un système à jour.

slackpkg update gpg
slackpkg update
slackpkg install-new
slackpkg upgrade-all

J’ai pu noter l’arrivée d’un certain paquet xf86-video-virtualbox… Tiens donc 🙂

Quant aux mises à jour, elles sont assez nombreuses. En effet, sur la capture d’écran ci-après, on a l’information que seulement 11% du total est affiché…

Une petite quarantaine de minutes plus tard, l’ensemble est enfin mis à jour. On peut s’attaquer à l’ajout d’un compte utilisateur, et surtout pour éviter de se retrouver avec un Mate Desktop qui parle anglais, la modification du fichier /etc/profile.d/lang.sh pour lui dire qu’on veut l’ensemble dans une autre langue que celle de Shakespeare 🙂

Pour conclure, il y a quelques points qui font tiquer :

  1. l’utilisation de lilo alors que celui-ci n’est pas au mieux de sa forme.
  2. idem pour slim
  3. la présence de paquets dédiés à Xfce alors que l’on a installé Mate-Desktop.
  4. l’obligation de recompiler le paquet mate-applets et mate-panel pour corriger un bug lié au passage à une nouvelle version d’icu… La faute à pas de chance 🙁

Sur les deux premiers points, on peut dire que c’est le conservatisme d’une des plus vieilles distributions GNU/Linux encore en vie.

Il faut juste espérer que d’ici la sortie de la Slackware 14.3 ou 15.0 (seule Patrick Volkerding sait ce qu’il en sera), grub sera proposé, ainsi qu’un outil comme LightDM.

Mis à part cela, c’est une des rares distributions que je conseillerais à des personnes ayant déjà un certain niveau et qui veulent revenir aux racines du petit monde des distributions GNU/Linux… Celui auquel les personnes ayant découvert linux vers 1995-1996 ont eu droit, modulo que le support matériel est largement meilleur depuis !

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Pour les amoureux de projets libre complètement fous, je demande ReactOS 0.4.7, vous savez, la réécriture libre de MS-Windows…
  • Dans le domaine des distributions 100% libre, je demande la Uruk 2.0, basée sur la future Trisquel 8.0, basée sur Ubuntu 16.04 LTS…
  • Dans la catégorie, « Tiens, elle est encore en vie », je demande la Rosa Linux R10, qui est plus ou moins liée à la OpenMandriva.
  • Un nouveau venu dans le monde du blog concernant le logiciel libre et ses dérives, j’ai nommé Tommy et son blog LoboTommy.

Côté culture ?

Bon week-end !

Et si on faisait un bilan au de bout de 5 ans des distributions GNU/Linux ? Dernière partie.

Le 12 novembre 2017, je m’attaquais à l’avant-dernier épisode de cette fouille archéologique de mes archives de blog de l’an 2012.

En ce froid début de décembre, autant s’attaquer à l’ultime billet de la série.

En l’honneur de l’apocalypse ratée de décembre 2012, reprenons le titre de Rainbow que j’avais utilisé pour le 30 décembre 2011 :

Maintenant que c’est fait, plongeons-nous dans les archives de décembre 2012.

Pour le dernier mois de l’année, en dehors de la moribonde Bridge Linux, le reste est encore vivant.

Si je fais un bilan des autres billets de la série, on constate qu’il y a eu :

On pourrait dire qu’en gros une bonne moitié des distributions que j’ai présenté il y a 5 ans sont arrivées à survivre dans un état de fraîcheur plus ou moins présentable.

Une grosse moitié de casse, et si j’avais rajouté les entrées de billet « en vrac' », je pense que le bilan aurait été largement pire.

Qu’en sera-t-il dans 5 ans ? On se dit rendez-vous en 2022 pour recommencer l’expérience ? 🙂

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end !

Guide d’installation d’Archlinux, version de décembre 2017.

Voici la cinquantième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de novembre 2017.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso. Au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er décembre vers 9 h 00 du matin, l’ISO de décembre 2017 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.26.2, Plasma 5.11.x, Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.18.0 en gtk3. Merci à Charles Monzat et SuperMarioS pour une partie des corrections appliquées dans cette version.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

PS : la version de janvier 2018 ne sera pas disponible avant le 4 ou 5 janvier, vraie vie oblige 🙂

Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 10 : la négation de la technophobie du grand public…

Si je regarde mon calendrier, je m’aperçois que je rédige cet article le 26 novembre 2017 en écoutant un bon petit album d’Opeth de leur grande époque death metal progressif :

Donc, vous pouvez vous dire que ce sera un billet bien saignant. Et oui, cela va être le cas, car j’en ai marre des personnes du monde du libre qui joue la politique de l’autruche en ce qui concerne le grand public.

Marre d’entendre des conneries sur la réinvention constante de la roue qui ne sert à rien si ce n’est perdre du temps dans la plupart des cas en plus d’une dispersion de ressources qui seraient utilisées plus utilement ailleurs. Je n’ai pas envie de revenir sur la conceté du fork COMPULSIF.

Le monde Linux est bloqué dans son petit monde d’utilisateurs technophiles, frange convaincue pour des raisons techniques que l’OS de Microsoft est un danger aussi bien pour la vie privée que pour la sécurité des données. L’OS fruité pour les personnes ayant des portefeuilles bien remplis n’est pas mieux ici si on y regarde bien.

En tant que technophile, j’ai vite compris que ce serait inutile de faire croire que l’on pourrait faire progresser la cause de la liberté informatique en multipliant les distributions à destination d’une minorité déjà plus que conquise.

On touche un fait précis. La trouille d’une partie du monde linux de perdre son statut de grand gourou de l’informatique. C’est la volonté de conserver un joujou pour geeks, comme je l’ai précisé dans l’épisode 2 de la série « Le monde du libre actuel part en couilles ? »

J’ai toujours assumé mes propos et mes idées. C’est pour cela que je fais des vidéos en face caméra, spécialement quand je parle de distributions qui sont des sombres bouses comme pour ma série des DGLFI.

C’est pour cela que j’affirme que si l’on veut vraiment que le monde Linux atteigne une certaine masse critique – les symboliques 10% de parts de marché pour que les constructeurs arrêtent de se foutre de la gueule du monde libre – ce n’est pas avec Archlinux, Slackware, Crux, Gentoo ou d’autres distributions nécessitant la ligne de commande pour s’installer que cela arrivera.

Au contraire, s’enfermer dans la création de ce genre de distributions, c’est la pire des concetés qu’il est possible de faire. Il faut arrêter de rêver.

Ce n’est pas parce qu’une personne conduit une voiture qu’elle est capable d’expliquer le fonctionnement d’un moteur à explosion par la carte. Une personne qui joue d’un instrument de musique sera sûrement incapable d’expliquer comment se propage les ondes sonores produites par son instrument.

Le grand public est technophobe. Si une volonté de proposer une informatique respectueuse de ses utilisateurs et utilisatrices veut devenir crédible, ce sera avec des projets simplificateurs comme l’a compris Canonical en 2004 en proposant Ubuntu même si c’est un peu parti en cacahuètes par la suite.

Je connais nombre de personnes qui ont été complètement perdues lors de la migration de Mozilla Firefox 56 vers la 57, simplement suite au remplacement de la page de démarrage par une présentation à la Speed Dial. Ce n’est pas grand chose, mais c’est suffisant pour nombre de personnes.

Alors messieurs et mesdames les technophiles, sortez un peu la tête du sable. Soyez réalistes, il est purement et simplement impossible de former tous les utilisateurs et toutes les utilisatrices pour en faire des cracks en informatique.

Je vous renvoie à l’excellent article de Nikki Kovacs sur ce sujet.

Comprenne qui pourra… Ou voudra comprendre !

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac.

Côté logiciel libre, informatique et internet. On va commencer par une floppée de DGLFI… Cela a été cette semaine une vraie fête du slip sur la liste d’attente de Distrowatch…

  • DGFLI n°1 : prenez ce qui deviendra la Ubuntu 18.04, rajoutez-lui le GnoMenu et vous obtiendrez la Guntu
  • DGFLI n°2 : prenez ce qui deviendra la Ubuntu 18.04, rajoutez-lui dessus Unity 7.x qui a été abandonné pour la Ubuntu 17.10 et vous obtiendrez la Unity7sl
  • DGFLI n°3 : prenez une Ubuntu Budgie basée sur le code de la future Ubuntu 18.04, rajoutez-lui Wine, une couche de compatibilité pour Android et vous obtiendrez la Gobuntu
  • Continuons avec des produits un brin plus sérieux, comme la deuxième sœur ennemie issue du projet Mandriva, j’ai nommé l’OpenMandriva 3.0.3. J’ignorais qu’elle était encore en vie… 🙂

Côté culture ?

Bon week-end !

Puisque le duo Archlinux avec OpenRC semble condamné, si on voyait un autre init alternatif comme s6 par exemple ?

Depuis l’arrivée du diabolique systemd, certains utilisateurs de distributions à base d’Archlinux ou affiliées à elle cherchent à proposer l’emploi d’OpenRC comme init de remplacement.

Cela donna d’abord l’excellente et malheureusement décédée Manjaro OpenRC pour donner l’infâme bouse qu’est l’Artix Linux. Au moment où je rédige ce billet, le 23 novembre 2017, une capture d’écran du site officiel résume bien la situation actuelle : un cul-de-sac.

Pour info, la situation est connue depuis au moins quatre jours au moment où je rédige ce billet, à savoir depuis le 19 novembre 2017. Le forum, le wiki, bref les sources d’information principales sont dans les choux… Ça en dit long sur ce qui restait de crédibilité à l’Artix…

Un site dédié aux distributions ne proposant pas systemd ne mâche pas ses mots et ne cache pas sa déception, je cite :

@Artoo ‘s statements from day 1 about the smooth move from Manjaro to Artix have been false just to let Manjaro off the hook (as an unofficially declared systemd-ONLY distribution). This has nothing to do with Manjaro other than Artoo quitting Manjaro (OpenRC-xfce) to work on Artix.
[…]
Another half day lost in Artix “mysticism”.

Ce qui donne traduit rapidement :

Les déclarations de @Artoo du premier jour à propos du passage en douceur de Manjaro à Artix ont été fausses juste pour laisser Manjaro de côté (la déclarant officieusement comme une distribution systemd-uniquement). Cela n’a rien à voir avec Manjaro en dehors du fait qu’Artoo quittant Manjaro (OpenRC-xfce) pour travailler sur Artix.
[…]
Une autre demi-journée perdue dans le « mysticisme » d’Artix.

Un autre article dit simplement qu’avec Artix c’est : si vous êtes pas content, cassez-vous. Dans des termes plus diplomatiques, mais l’idée est présente.

Mais le but de cet article n’étant pas de saborder le projet Artix – il y arrive très bien tout seul – mais de parler d’une alternative pour les personnes voulant conserver une base Archlinux mais sans systemd. Il y a bien la Parabola GNU/Linux mais il faut se plier à du 100% libre avec les limites que cela impose. Reste donc l’option Obarun.

Pour le créateur du projet Éric Vidal, Obarun n’est pas une Archlinux, mais un projet basé sur Archlinux avec s6 comme système d’initialisation.

C’est écrit en noir sur blanc (merdre, serait-ce une expression raciste ?) sur la page d’accueil du projet :

On other note, Obarun is neither a distribution of its own, is nor is it pure Archlinux, it’s a Build Concept. Obarun is based on Archlinux, but incorporates several changes.

Ce qu’on peut traduire par :

D’un autre côté, Obarun n’est ni une distribution à part, ni une Archlinux pure, c’est un concept de construction. Obarun est basée sur Archlinux, mais incorpore plusieurs changements.

Pour simplifier l’utilisation de s6, Éric Vidal a développé des scripts d’automatisation, s6opts qui permet de gérer facilement les services.

J’ai donc récupéré l’image ISO du mois de novembre via wget.

fred@fredo-arch ~/Téléchargements/ISO à tester % wget -c https://repo.obarun.org/iso/2017-11/Obarun_x86_64-2017-11.iso
–2017-11-23 09:15:42– https://repo.obarun.org/iso/2017-11/Obarun_x86_64-2017-11.iso
Certificat de l’autorité de certification « /etc/ssl/certs/ca-certificates.crt » chargé
Résolution de repo.obarun.org… 31.22.4.58
Connexion à repo.obarun.org|31.22.4.58|:443… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 878706688 (838M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « Obarun_x86_64-2017-11.iso »

Obarun_x86_64-2017- 100%[===================>] 838,00M 3,42MB/s ds 4m 9s

2017-11-23 09:19:51 (3,37 MB/s) — « Obarun_x86_64-2017-11.iso » sauvegardé [878706688/878706688]

J’ai ensuite fait chauffer mon ami VirtualBox pour montrer l’installateur en mode texte et les outils développés par Éric Vidal.

Il est vrai que ce projet ne s’adresse pas aux personnes qui débutent dans le monde linux.

D’ailleurs, mettre une Archlinux entre les mains de novices sous Linux, comment dire… Vous êtes complètement frappadingues ou quoi ?

Mais il peut intéresser des personnes qui ont atteint un certain niveau de geekitude et qui considèrent que systemd ne leur permet pas d’être suffisamment autonome ou indépendant.

Je ne connaissais pas s6, et j’avoue que les outils simplificateurs développé pour Obarun m’ont simplifié la tâche. Le wiki est correct, et surtout, tout s’installe du premier coup. Je n’aurais pas du prendre jwm par défaut, surtout avec mes galères pour gérer l’authentification et la montée temporaire en droits root.

J’avais parlé du projet Obarun en juin 2016 et j’avoue qu’il ait si bien évolué, même si à l’époque il était basé sur runit et s6 avant de s’orienter vers ce dernier.

Maintenant, à ce que j’ai compris, Éric Vidal veut éviter comme la peste le rapprochement avec Artix, surtout si on en croit un message plus que clair sur son forum.

Après tout, et c’est une constatation un brin vacharde mais réaliste, « À l’endroit où l’Artix passe, une distribution trépasse »…

Allez, bonne journée 🙂

Ah, la réinvention continuelle de la roue, mal gangrenant le monde linuxien :(

S’il y a bien des maux dans le monde du libre et apparenté, comme l’absence des commentaires sur les blogs parlant du libre et passant par l’obligation de s’inscrire sur un forum par exemple, il en est un autre : la réinvention continuelle de la roue.

Je n’ai cessé de dire via des vidéos et des billets aux développeurs de distributions de se demander : est-ce que votre distribution est vraiment utile ? Apporte-t-elle quelque chose au schmilblick ?

Y a-t-il le besoin d’avoir 15 distributions basées sur Debian GNU/Linux stable avec l’environnement KDE dessus ? Ou encore 15 autres basées sur Ubuntu avec Xfce en ne changeant au final que le fond d’écran, le navigateur et soyons fou le thème d’icônes ? Ou encore reprendre la recette d’une distribution connue en changeant juste le nom. Si je vous dis ubuntu + Cinnamon ? Vous me répondrez LinuxMint, et non sa pâle réinvention qu’est la Cubuntu

C’est cette forme de réinvention de la roue que j’ai constaté une nouvelle fois en lisant les notes de publications de la NuTyX 9.91 publiées le 14 novembre 2017.

En lisant le paragraphe « Nouveau concept de branches », je me suis dit « tiens, ça me dit quelque chose… »

En effet, il y a trois branches qui sont citées : la stable, la current et la development. On peut les résumer ainsi :

  1. Stable : la version officiellement destinées aux utilisateurs. Ne connaîtra que les mises à jour de sécurité et quelques nouveaux paquets si besoin est.
  2. Current : la base est gelée, les logiciels au dessus sont mises à jour au besoin. Une semi-rolling dans le principe donc. Base de révisions mineures de la stable.
  3. Development : une sorte de rolling complète, mais à durée de vie limitée. Incompatible avec les autres branches, tout en leur servant de base.

Ça ne vous dit rien ce genre de schéma ? Si on a un minimum de culture linuxienne, la réponse est évidente : c’est en gros le même que celui appliquée par la vénérable et ancestrale Debian GNU/Linux avec son trio stable, testing, unstable. En très gros, NuTyX reprend un principe utilisé depuis le milieu des années 1990 tout en le vendant comme presque novateur.

Je n’ai rien contre cette distribution, mais elle était un exemple parfait de la réinvention de la roue.

J’ai un autre exemple que je vais maintenant aborder. Celui lié à la réinvention de Mozilla Firefox mais sans les nouveautés qui font la force de Mozilla Firefox 57 alias Quantum.

Je parle du projet Basilisk qui se veut la continuation de Mozilla Firefox avec le non-support – temporaire ? – des WebExtensions, la continuation de l’utilisation de XUL, le support des extensions anciennes génération, le non-support des processus multiples pour la navigation ce qui peut entraîner le plantage complet du navigateur avec un seul onglet planté, bref, un navigateur vieux d’il y a 3 ans sur certains plans…

Autant dire que c’est sur le plan de la stabilité une forme de suicide. Si les navigateurs ont implémentés le multi-processus, c’est bien pour une raison, non ? Quand on sait que l’équipe derrière le projet et son « ancêtre » Palemoon est constitué de trois personnes… Il y a combien de développeurs chez Mozilla déjà ?

Vous comprendrez aisément mon agacement devant cette réinvention constante de la roue permise par les libertés fondamentales du logiciel libre, spécialement la liberté 1. Mais ce n’est pas parce que l’on peut sauter d’un pont à l’élastique qu’il faut obligatoirement le faire, non ?

Je dis cela, mais je ne dis rien au final…

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac. Oui, je le poste un vendredi matin, j’ai un week-end chargé en vue 🙁

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end !

Fedora 27, encore une révolution ? Non sire, juste une évolution :)

Le monde des distributions GNU/Linux, mise à part les infâmes DGLFI n’évolue plus que par petites touches depuis des années.

On est désormais dans un routine qui se résument à mettre en place les dernières versions des grands environnements, avec un noyau récent qu’il soit LTS ou pas, le dernier Xorg ou son successeur Wayland, le dernier LibreOffice, bref, pas de quoi casser trois pattes à un palmipède.

La dernière fois que j’ai consacré un article complet à une Fedora, c’était à l’époque de la bêta de la version 26, en octobre 2016.

D’ailleurs, si on regarde les notes de publications, on s’aperçoit que ce sont des montées en version, dont du tablettisant Gnome 3, LibreOffice 5.4, ou encore l’arrivée de saveurs pour les Raspberry Pi (2 et 3) et autres périphériques à base de processeur ARM.

Mais ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir. J’ai donc utilisé mon client de tipiakage favori pour récupérer l’image ISO de la Fedora 27 Workstation.

Mon ami VirtualBox a ensuite pris le relai pour m’aider à voir ce que cette nouvelle mouture de la distribution au chapeau a dans le ventre.

Au démarrage, j’ai pu constaté que la session Wayland a été chargée par défaut.

Anaconda s’est présenté quand j’ai demandé l’installation et au bout d’une quinzaine de minutes, j’ai pu faire redémarrer la Fedora Linux fraîchement installée.

La première étape fut de rechercher des mises à jour. Même si la Fedora 27 est sortie depuis une poignée de jours au moment où j’écris cet article, on n’est jamais trop prudent. D’ailleurs, pas moins de 399 ou 400 paquets ont été touchés… Avec entre autres des mises à jour de LibreOffice ou encore de Mozilla Firefox…

Cette étape passée, j’ai rajouté les dépôts RPM Fusion pour accéder aux quelques paquets manquants pour avoir une expérience aussi bonne que possible : les additions invitées VirtualBox ou encore VLC. Mon ami Simple Screen Recorder a pris le relai pour capturer la Fedora 27 sur le vif.

Mis à part l’obligation de passer par deux fois par la ligne de commande (pour installer VLC et la traduction de LibreOffice) et l’entêtement du gestionnaire d’imprimante à ne pas vouloir me rajouter l’imprimante détectée, j’avoue que cette expérience avec la Fedora 27 a été des plus agréables. On est plus dans l’évolution que dans la révolution. Ça fait du bien, mais on s’ennuierait presque de nos jours, vu le degré de raffinement des grosses cylindrées comme les Debian, Fedora et autres Ubuntu.

Est-ce un mal ? Non. Mais on sent que l’on arrive à une certaine maturation du domaine, en dehors des DGLFI qui ne font qu’apporter leur dose de perte de temps et de ressources.

Le noyau linux-libre, un cul-de-sac à terme ?

J’ai pu lire sur Phoronix qu’à peine sorti, le noyau linux 4.14 avait été disséqué pour enlever les micrologiciels et bouts de code précompilés nécessaire au fonctionnement de nombre de matériels.

Le projet Linux-libre veut proposer un noyau complètement débarrassé de ces bouts de code. C’est un choix qu’on peut comprendre sur le plan éthique, même si cela peut entraîner soit le non-support soit un support imparfait du matériel que l’on a parfois acheté à des prix qui font mal au fondement.

Cependant, on peut lire sur l’article de Phoronix la phrase suivante qui résume bien le noeud du problème concernant la production du noyau « libéré » :

There were also complications around upstream Linux 4.14 having dropped their in-tree firmware code.

Une traduction rapide :

Il y avait aussi des complications autour de Linux 4.14 en amont ayant abandonné leur branche du code pour les micrologiciels.

Mais il reste un problème de taille… Le noyau 100% libre ne saurait être vraiment utilisable sans problème sans du matériel qui est lui aussi 100% libre…

Cela veut dire proposer entre autre sous licences libres :

  • Un bios / uefi
  • Un microprocesseur
  • Un circuit son
  • Un circuit graphique
  • Un circuit réseau filaire
  • Un circuit réseau pour le wifi

Le tout se branchant sur une carte mère libre… Et si on regarde, cette liste est loin d’être remplie… Sauf erreur de ma part, il y a bien un bios libre, c’est CoreBoot et sa variante LibreBoot.

Pour les microprocesseurs, il y a le projet RiscV avec une création bien avancé, LowRisc. Il y a aussi d’autres projets basés sur l’architecture Sparc, comme OpenSparc par exemple, mais comme c’est sous la coupe d’Oracle…

Pour tout ce qui est audio, graphisme ou encore le réseau, c’est pas franchement la joie. Le projet Open-Source Graphics ayant disparu vers 2010-2012…

Même si un ensemble de composants 100% libre avec pour résultante un ordinateur 100% libre, il faudrait alors se pencher sur les périphériques les plus courants comme les imprimantes… Et quel serait le prix de production et donc de commercialisation de tels produits ?

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augures, il est à craindre que les noyaux 100% libre ne soient à terme un cul-de-sac, surtout sur du matériel récent qui contient des parties non libres pour éviter de produits contrefaisants, comme des Core i7 en 2010…

J’espère juste me tromper !

Et si on faisait un bilan au de bout de 5 ans des distributions GNU/Linux ? Avant-dernière partie.

On arrive enfin au mois de novembre 2012. Après un article consacré au mois d’octobre 2012 et sorti le 13 octobre 2017, replongeons-nous dans le mois qui précéda la plus célèbre apocalypse ratée de ce début de 21ième siècle.

Voyons cela.

2 novembre : la Mozillux, une DGLFI avant l’heure…
3 novembre : la Paldo GNU/Linux et son gestionnaire de paquets écrit en mono !
4 novembre : la Crux 2.8, source d’inspiration d’une certaine… Archlinux
5 novembre : l’AtlasX, mélange de Debian et d’Enlightenment
6 novembre : la Slitaz GNU/Linux. Dans le domaine de l’ultra-léger, c’est une référence !

13 novembre : toujours dans le domaine de l’ultra-léger, pourquoi pas l’AntiX 12.5 en alpha ?
16 novembre : l’OS4 OpenDesktop devenu depuis la BlackLab Linux…
21 novembre : ah, la bêta de la Fedora Linux 18 🙂
27 novembre : la Salix 14.0, une slackware simplifiée 🙂

Au final, pour les disparitions :

  1. La Mozillux
  2. L’AtlasX

Autant dire presque rien au niveau de la liste précédente. Est-ce de la chance ou avais-je mis de coté les distributions suspectes que j’allais appeler DGLFI par la suite ? On verra pour le billet de décembre 2012 si la tendance se confirmait ou pas 🙂