« Chascade » des bordelais d’Itzamna : que c’est bon le jazz fusion :)

D’accord. Je l’avoue. J’adore la musique – sauf les immondices commerciales qui emplissent les rayons comme les productions de… entrez votre artiste savonnette préféré ici – et donc, me plonger dans le jazz fusion comme je l’avais déjà fait dans l’article concernant les artistes de free jazz des Anti RubBer brAiN fAct0rY & HmAdchA était une évidence.

Fouillant dans les archives sans fond de bandcamp, je suis tombé sur le premier LP des bordelais d’Itzamna, « Chascade », sorti en octobre 2016.

Pour la faire simple : prenez une dose de jazz, une de math rock, une de progressif, une de metal, mettez le tout dans un shaker, et remuez bien avant de verser dans un verre à cocktail 🙂

Même si le côté progressif dans le sens piste ultra-longue ne se justifie que sur l’ultime piste, les autres pistes cochent les autres références.

Pour les pistes purement jazzy, je demande « Crippled Monk », « Shalam pt1 » principalement.

Le côté plus rock et rock progressif s’exprime dans des pistes comme « Chascade », « Duet » (avec une conclusion médiévale pour introduire « Je Vivoire Liement »), « Shalam pt2 », « Shalam pt3 ».

Il y a aussi les pistes plus intimes, comme « Goodbye Lili » qui fait penser à une composition des années 1970. Ou encore « Buakaw », avec son introduction à la guitare sèche, même si on sent une influence presque post-rock sur son milieu. Que dire de la sinistre piste « Nuées »…. Qu’elle fait passer des frissons dans le dos ?

Même si l’album est à 90% instrumental, il y a « Je Vivroie Liement » (basé sur un texte de Guillaume de Machaut, compositeur et poète du XIVe siècle) et des chants un peu contemporain sur « Red Dragon », avant-dernière piste de l’album.

C’est un album qui balaye tellement d’influence qu’il sera apprécié par les personnes aimant le jazz, comme par celles aimant le rock progressif ou pas. Quant à l’ultime piste, elle rajoutera une autre catégorie d’amateurs ou d’amatrices potentielles, mélangeant en presque 13 minutes toutes les influences développées auparavant 😀

Sacré tour de force de la part du quintet bordelais. Il me tarde d’avoir le digipack en main, vieux co…llectionneur de galettes que je suis 😀

Après avoir acheté l’album en version physique, j’ai apprécié les nombreuses notes sur chacune des pistes, via un fichier PDF qui reproduit le livret disponible. À vous d’écouter et de vous laisser emporter par l’album d’Itzamna. Du moins, je l’espère 🙂

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet. Rien ! En ce moment, l’actualité du logiciel libre est aussi mouvementée qu’un électro-cardiogramme plat… Y a des périodes creuses :/

Côté culture ?

Bonne week-end !

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ ; pour une fois, il sera un peu plus copieux que d’habitude, n’est-ce pas Iceman ? Du moins, je l’espère 😉

De plus, les billets en vrac’ seront désormais postés en fin de semaine, histoire d’avoir quelque chose de consistant à se mettre sous la souris 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

  • Trouvé via le réseau à l’oiseau bleu, celui où la haine s’exprime sans ambages, un groupe d’origine irlandaise mélangeant le folk rock, le krautrock, le progressif uniquement en instrumental. C’est Iron Moutain dont le premier album « Unum » est sorti le 1er avril 2016.
  • Pour vous, rien ne vaut le bon gros rock progressif classique, même avec un soupçon de metal ? Alors, laissez trainer vos oreilles du côté du premier EP des Jupiter Hollow, « Odyssey » sorti le 13 janvier 2017.

Bonne fin de semaine !

En vrac’ mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte de milieu de semaine, plus que matinal… Ça arrive !

Commençons par le logiciel libre :

Côté musique et livre ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté livres ? Rien pour cette fois.

Côté culture autre que livresque ?

Bonne fin de semaine !

En vrac’ mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte de milieu de semaine. Avec 24 heures de retard, en ce 11 janvier 2017, je souhaite un bon cinquième anniversaire à… Free Mobile. Et oui, déjà 5 ans que ma note mensuelle de téléphonie portable était divisée par deux voire trois les mois les plus gourmands. Merci au Figaro pour cet article aux commentaires d’anthologie 🙂

Aux dernières nouvelles, 12 millions de lignes ouvertes chez Free Mobile en un peu plus de 4 ans, les cassandres qui promettaient un échec monstrueux au nouvel entrant se sont plantés en beauté. Bref, passons aux liens en vrac’ de cet article.

Commençons par le logiciel libre :

Côté musique et livre ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

Ultime billet en vrac’ pour 2016.

Voici donc le dernier billet en vrac’ pour 2016. Année de merde sur le plan des artistes qui nous ont quittés et surtout sur ceux qui continuent leurs méfaits, mais allons-y gaiement.

C’est aussi l’avant-dernier billet sur le blog d’ici le nouvel an 2017. Le prochain ? Chut ! Top secret pour le moment.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Un cadeau de noël pour les personnes qui ne jurent que par DOS… FreeDOS 1.2 a été publié le 25 décembre 2016. Idéal pour une vieille machine sur laquelle on a envie de faire revivre des antiquités genre Wolfenstein 3D, Doom et Doom 2, les premiers Leisure Suit Larry, les deux premiers Monkey Island…
  • Si vous ne jurez que par les outils GNU pour chaque fonctionnalité, dans ce cas la GuixSD, une distribution GNU/Linux basée sur le gestionnaire de paquet Guix sera pour vous. Sa version 0.12.0 est sortie.

Côté livres ? Agnès de Destinations Passions continue son offre de Noël, la 4ième du nom. Je sais, je pilonne un peu l’opération, mais c’est la dernière ligne droite !

Côté culture autre que livresque ?

Allez, une version instrumentale de Life On Mars, sur l’album hommage de Jherek Bischoff et Amanda Palmer à David Bowie.

Essayez au moins d’arriver en 2017 en seul morceau, d’accord ? Ça me ferait plaisir !

Mardi culturel, deuxième partie : « The Island » de Kylver

Deux billets en ce mardi 11 octobre 2016, à destination culturelle. Après un billet consacré à l’excellent court roman d’Olivier Saraja, passons aux plaisirs auditifs.

Le 6 octobre, Kylver groupe de rock progressif instrumental aux influcences metal a sorti son deuxième album « The Island ». Après un premier album « The Mountain Ghost » dont j’ai parlé en juillet 2015, j’attendais d’oreilles fermes le deuxième opus.

Comme pour le premier, on est face à un EP « long ». EP en nombre de pistes, car il n’y en a que 5 pistes pour environ 42 minutes… Oui, ça fait une moyenne de 8 minutes par piste, ce qui justifie l’appellation progressive revendiquée par le groupe 🙂

Qui oserait affirmer le contraire avec la piste d’introduction et ses quelques 13 minutes ? Hein, qui ? 🙂

Dès la piste d’intro, on se retrouve avec les mêmes productions léchées, travaillées, ciselées du premier opus. Cependant, je trouve que l’ambiance est un brin plus légère, un brin plus joyeuse que pour « The Moutain Ghost ».

En faisant quelques recherches, cette piste est à mettre en relation avec la tempête qui toucha fin novembre – selon le calendrier julien – et début décembre 1703 – selon le calendrier grégorien – le sud de la Grande-Bretagne. La piste est à l’image de la tempête. C’est puissant, emporté, avec une certaine mélancolie par moment. On dirait presque que la guitare se met à pleurer. Du grand art donc.

Avec la deuxième piste, « Hy-Brasil », on a droit à une piste rapide, presque essoufflante par rapport à la précédente. Piste plus enjouée aussi. Accessoirement la plus courte, avec seulement 5 minutes au compteur.

La piste « Monolith » ralentit le rythme. Ça permet de reprendre son souffle. J’ai l’impression de retrouver certains sonorités du rock progressif des années 1970, et ça, ça me plait !

La relative gaieté de « Hy-Brasil » est compensée par l’intro de la piste « The Abyss ». Cela n’en reste pas moins une très bonne piste, qui renoue avec les ambiances du premier album. La transition avec l’ultime piste se fait sans que l’auditeur s’en aperçoive vraiment. J’ai été surpris à la première écoute 🙂

Comme pour de nombreux artistes et groupes, le plus dur est de sortir le deuxième album, surtout si le premier est déjà une réussite. Kylver a réussi à passer l’obstacle, et c’est tant mieux !

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre et informatique :

Côté livres ?

  • Une courte nouvelle d’Olivier Saraja sur un scénario que n’aurait pas renié Rod Serling, papa de la série « La Quatrième Dimension » : « Spores ! ».
  • Après Florence Porcel, voici que Mickaël Launay alias MicMaths propose un livre pour le 2 novembre 2016 aux éditions Flammarion, « Le grand Roman des Maths ».

Côté musique ?

  • La folk « alternative » et acoustique est votre tasse de thé ? Alors, jetez une oreille du côté des anglais de « Stables ». Merci Twitter pour la découverte.
  • Dans un domaine plus sombre, je demande le premier EP de Sinneth Soul, « Dark Matter ». Du metal symphonique, avec une dose de black et de death metal.
  • Kylver vient de sortir son deuxième EP (en nombre de pistes, pas en durée) : « The Island ». Une chronique dans la semaine. Si vous aimez le rock progressif à la limite du doom metal et entièrement instrumental, c’est pour vous !

Bon week-end !

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre et informatique :

Côté livre ? Un éditeur exprime son point de vue sur les menottes numériques

Côté musique ?

Bon week-end !