En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac.

Je sais, je publie ce billet un jeudi, mais comme c’est un week-end prolongé qui s’annonce en France où j’habite – cela me rappelle un titre des années 1970… – autant en profiter.

Côté logiciel libre, informatique et internet, en dehors de la sortie médiatisée de la Fedora Linux 26 ?

Côté culture ?

Bon week-end prolongé !

inLXQt 0.11.0 : il est enfin sorti.

En juin 2016, j’avais rédigé un article concernant l’état des lieux de LXQt pré-0.11, plus de sept mois après sa dernière version majeure, la 0.10.

Je concluais l’article ainsi :

Pour conclure ? Une bonne surprise. Mais toujours les mêmes points faibles : du franglais présent un peu partout mais ce n’est pas des plus génants pour une version de développement. Ce qui est plus ennuyeux, c’est l’absence de certains outils comme un éditeur de texte basique, un (dés)archiveur, en clair des points qui font que LXQt est loin d’être aussi utilisable au quotidien que d’autres environnement léger comme Xfce ou encore Mate Desktop.

Il y a pas mal de progrès, ne serait-ce qu’au niveau du menu jaillissant qui se rafraichit automatiquement désormais. Ce qui fait le plus de mal ? Le temps pris pour sortir une nouvelle version stable, qui permettrait d’attirer des utilisateurs pouvant aider à la traduction des outils de l’environnement.

Ce n’est peut-être pas ce qui apparait comme le plus important pour les développeurs, c’est compréhensible. Mais c’est le meilleur moyen d’avoir plus d’utilisateurs donc potentiellement plus de rapports de bugs et améliorer plus aisément l’ensemble de l’environnement.

Il faut juste espérer maintenant que le projet sortira une version 0.11 d’ici le mois de novembre prochain. Ce serait bête de voir ce projet s’étioler faute de sortie plus ou moins régulière de versions stabilisées.

La version 0.11.0 est sortie le 24 septembre 2016. Dans les notes de publications, on apprend entre autres, le but est de proposer des versions mineures et majeures plus régulièrement. L’arrivée aussi de Pavucontrol-qt en lieu et place de Qascontrol qui est très long à faire compiler. Il y a aussi l’arrivée – du moins pour la version archlinux – de QTerminal pour offrir un terminal minimal.

J’ai donc voulu voir à quoi ressemble désormais LXQt 0.11 « brut de décoffrage », loin des personnalisations qui parfois détruisent l’aspect esthétique voire ergonomique de l’environnement de bureau léger basé sur QT5.

Pour arriver à cette fin, j’ai donc pris une base Archlinux minimale avec Xorg préinstallé. J’ai ensuite lancé la commande sudo pacman -S lxqt.

J’ai complété l’installation avec pavucontrol-qt (pour le son) et gvfs pour la gestion des périphériques amovibles.

sudo pacman -S pavucontrol-qt gvfs

J’ai fini avec sddm pour pouvoir lancer lxqt avec un gestionnaire de connexion.

sudo pacman -S sddm

Le sudo pacman -S pouvant être remplacé par yaourt -S bien entendu à chaque fois.

Le duo de commande suivant m’a permis d’avoir le clavier français et d’effectuer le premier lancement de lxqt :


sudo localectl set-x11-keymap fr
sudo systemctl start sddm

Au premier démarrage, j’ai du aller dans le panneau de configuration de LXQt et utiliser le jeu d’icones Adwaita par défaut, faute d’un autre jeu d’icones.

J’ai ensuite rajouté les applications recommandés par les différents paquets de LXQt, histoire d’avoir un environnement un peu plus utilisable. À savoir :

J’ai ensuite fait compiler sans les installer – histoire de montrer un lxqt 0.11.0 brut de décoffrage : LXImage-Qt 0.5.0 (suggéré par le wiki d’Archlinux), qpdfview (pour les fichiers pdf), notepadqq (pour éditer des fichiers textes). Une calculatrice en QT5 ? Speedcrunch-git.

J’aurai pu rajouter Cantata (surcouche de mpd) pour avoir un lecteur de musique en QT5 et qps pour avoir un gestionnaire de tâches. Mais le mieux est montrer LXQt 0.11.0 « brut de décoffrage » en action. J’ai un brin galéré par rapport au son qui était lié à une erreur de configuration de ma part.

Pour conclure ? Je pourrais reprendre en partie ce que j’avais dit en juin 2016. Évidemment, le projet LXQt est sorti dans une nouvelle version majeure, mais il est encore loin d’être utilisable un minimum sans compiler des outils tiers. Les gros manques sont toujours les mêmes. Dommage que l’outil de gestion basique de photo ne soit pas intégré par défaut. Idem pour un éditeur de texte minimal.

Dommage aussi de devoir lancer une première fois à la main LibreOffice pour qu’il soit intégré au menu jaillissant de LXQt.

Il y a du progrès, c’est certain, mais il faut rester réaliste. L’offre complète de LXQt en cette version 0.11.0 est encore limitée. Les traductions font du progrès, mais dommage que par moment on ait l’étrange impression que c’est de l’automatisé à peine relu 🙁

Dommage aussi que la dépendance envers le code utilisé par Plasma soit encore aussi importante. Cependant, il faut noter que pour la version 1.0 – qui sortira quand elle sortira – un but est de virer au maximum les dépendances envers les KDE Frameworks 5 qui alourdissent l’installation. C’est tout du moins le but visé par cette page du github de LXQt.

Seul l’avenir nous dira si ce but sera atteint. Espérons-le tout de même !