En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end 🙂

Vieux Geek, épisode 111 : LameDuke, un cadeau d’anniversaire assez spécial…

Dans l’épisode 110 de la série « vieux geek », j’évoquais la version dite prerelease de Quake 1. Cela m’a fait me souvenir d’un cadeau d’anniversaire assez spécial… Il faut se plonger en janvier 1997 pour trouver une publication un peu bizarre.

Le 29 janvier 1997, il y a un peu plus de 21 ans, 3D Realms fit un cadeau un peu étrange pour les fans de Duke Nukem 3D qui avait été publié un an plus tôt. Une version bêta de décembre 1994, renommé pour l’occasion LameDuke.

On peut encore trouver la page de l’annonce sur le site de 3D Realms.

C’est une version qui montre à quel point le produit a été retravaillé sur sa dernière année de conception.

On peut facilement trouver l’archive, mais attention. Sans dos4gw.exe, la bêta refusera de se lancer dans DosBox… C’était quoi dos4gw ? Un outil qui prenait en charge toute la mémoire vive sans avoir besoin de se prendre la tête avec le découpage de la mémoire sous MS-DOS… D’ailleurs, de nombreux jeux des années 1990 utilisait ce logiciel pour pouvoir accéder à la mémoire vive disponible sans se prendre la tête : Doom et sa famille, le premier Quake, Descent 1 et 2, Duke Nukem 3D, les deux premiers Warcraft et la liste serait encore longue.

J’ai donc lancé DosBox et j’ai enregistré un aperçu de LameDuke.

Comme je l’ai précisé dans la vidéo, la musique n’est autre qu’une de celles employée par Rise Of The Triad… Il fallait bien tester le code pour gérer la musique, non ? 🙂

Vieux Geek, épisode 110 : Quake 1 prerelease, l’ultime préversion de Quake…

J’ai toujours eu un petit faible pour le premier FPS entièrement 3D jamais sorti, Quake. J’en avais longuement parlé dans l’épisode 21 de la série, sorti le 28 juin 2014, 18 ans après la publication du jeu, le 22 juin 1996.

S’il y a une préversion qui est ultra-célèbre pour Quake, c’est le Qtest. Sorti en février 1996, soit 4 mois avant la sortie de la version complète du jeu, il a servi de test grandeur nature pour le deathmatch.

Cependant, j’ai eu la possibilité d’apprendre l’existence il y a quelques années d’une béta assez avancée qui avait finie par fuiter sur la toile, la Prelease sortie le 11 juin 1996, une béta 3… 11 jours avant la sortie de la version finale… Autant dire que l’équipe d’id Software a du aligner les nuits blanches pour finir le jeu en quadruple vitesse…

On peut maintenant récupérer la version fuitée sur Moddb. Cependant, en dehors de Dosbox, ne comptez pas lancer cette version non finalisée…

Dans le fichier readme.txt, on peut lire quelque chose d’effrayant pour la plupart des joueurs de 1996 :

This BETA3 should run okay on an 8mb RAM Pentium-based system.
486 systems are flat-out not going to be supported.

Qu’on peut traduire par :

Cette BETA3 devrait fonctionner correctement sur un Pentium et 8 Mo de mémoire vive.
Les 486 sont à plat et ne seront pas supportés.

Les différences sont quand même assez nombreuses. Une petite liste ?

  1. Le modèle de la combinaison de plongée n’est pas terminé
  2. Les tirs des Scrags (les espèces de torses volants) sont ceux d’un coup de feu
  3. Les vores (les espèces d’araignées tripodes) lancent des boules de feu.
  4. les écrans de fins se résument à un simple message rapide et non un discours complet
  5. On ne récupère plus des runes mais des sigils
  6. Le well of wishes est placé dans la carte de départ et non plus dans le niveau e2m3
  7. Le niveau de fin est complètement différent

Mais le plus simple est de vous montrer l’ensemble en vidéo 🙂

Comme vous avez pu le voir, il y a eu vraiment énormément de modifications au niveau du jeu en une dizaine de jours. Comme quoi, même si le jeu n’était pas terminé, il était déjà bien avancé…

Autant dire que la consommation de café a dû atteindre des sommets durant les quelques jours qui ont séparés cette béta de la version finale…

Que devient la Frugalware Linux en cette fin d’année 2017 ?

En septembre 2016, je parlais d’une distribution de qualité qui avait raté sa chance pour devenir un incontournable dans le monde des rolling release, la Frugalware Linux.

Après un retour en demi-teinte liée à la petitesse de son équipe, j’ai eu envie de voir où en était cette distribution pour laquelle l’expression « Je t’aime, moi non plus » prend son sens.

Je concluais l’article de septembre 2016 ainsi :

Ce sera peut-être pour la version 2.2 ? Maintenant, le plus dur reste à faire pour l’équipe de la Frugalware Linux : arriver à séduire une masse critique d’utilisateurs pour attirer mécaniquement des développeurs. Cela a toujours été le point faible de cette distribution, malheureusement pour elle 🙁

La version 2.2 prenant pas mal de temps pour être développée, j’avais appris via un commentaire de Seb95 sur un de mes articles en octobre 2017 que Crazy un des développeurs s’occupait de générer des images ISO d’installation utilisant Calamares.

Après cette version 2.2, de nombreux changements seraient à l’ordre du jour (changement d’init, fusion du code de pacman-g2 avec celui de pacman, passage à gcc 7.x), mais commençons déjà par voir où en est la future Frugalware Linux 2.2, une quinzaine de mois après la sortie de la version 2.1.

Étant allé sur l’adresse indiquée dans le commentaire, j’ai récupéré la dernière image de test, datée du 25 novembre 2017. Image uniquement basée sur Plasma et uniquement en 64 bits. Sa taille ? Environ 2,3 Go… Joli bébé…

fred@fredo-arch ~/Téléchargements/ISO à tester % wget -c http://ftp.frugalware.org/pub/other/people/crazy/ISO/frugalware-2.2-pre-build29-zstd-x86_64.iso
–2017-12-25 17:39:53– http://ftp.frugalware.org/pub/other/people/crazy/ISO/frugalware-2.2-pre-build29-zstd-x86_64.iso
Résolution de ftp.frugalware.org… 157.181.177.34
Connexion à ftp.frugalware.org|157.181.177.34|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 2475896832 (2,3G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « frugalware-2.2-pre-build29-zstd-x86_64.iso »

frugalware-2.2-pre- 100%[===================>] 2,31G 3,09MB/s ds 12m 43s

2017-12-25 17:52:37 (3,09 MB/s) — « frugalware-2.2-pre-build29-zstd-x86_64.iso » sauvegardé [2475896832/2475896832]

J’ai demandé la prise en compte du français dès le démarrage.

Une fois l’image ISO démarrée, on arrive directement dans l’écran d’accueil de Calamares.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que l’on tombe sur un le cadeau empoisonné… L’installation se fait en mode « réseau »… En clair, non content de vous taper 2,3 Go de téléchargement, si vous voulez installer l’ensemble, c’est via le réseau qu’il faudra le faire… Cool si les serveurs de Frugalware sont accidentellement indisponibles 🙁

Ayant téléchargé une image ISO proposant KDE, je suis resté avec cet environnement, en rajoutant Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird, les applications KDE et LibreOffice.

Il faut noter que le nombre de traductions disponibles dans les options d’installation ne sont pas des plus nombreuses.

Dernier point, on note que Crazy a le sens de l’humour… Surtout avec l’écran qui doit faire patienter les utilisateurs.

Après 35 minutes d’attente, on peut enfin avoir accès à la Frugalware Linux 2.2 bêta…

Seul bon point ? Au moins, il n’y aura pas besoin de faire les mises à jour en post-installation…

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, j’ai été surpris de constater que malgré une installation en réseau, j’ai dû faire des mises à jour en post-installation. L’ensemble est sympathique, mais il souffre de la petitesse de son équipe.

J’ai aussi pu constater un sacré niveau de remplacement dans l’équipe de la distribution. Est-ce cela qui l’a ralenti au point de ne plus pouvoir sortir d’une version majeure tous les 18 mois en moyenne ?

En tout cas, cela m’a fait peur en voyant la liste des anciens membres… Dommage, car la distribution avait de sacrés atouts dans son jeu. Reste à espérer qu’en 2018, la Frugalware Linux 2.2 sortira et que le grand chamboulement annoncé puisse prendre place… En espérant que cela apporte des développeurs à l’équipe qui en a bien besoin au final.

Fedora 25 béta : où est en la distribution au chapeau ?

La Fedora 25 béta est sorti très récemment. Je l’ai abordé dans un billet en vrac’ récent – du moins au moment où je rédige cet article, le 12 octobre 2016 – et j’ai voulu en utilisant l’outil des tipiakeurs récupéré l’ISO de cette étape de développement de la distribution communautaire de Red Hat. Les notes de publications de cette versions sont disponibles sur le site officiel de la Fedora.

Je m’étais pourtant promis de ne pas faire d’articles sur la Fedora 25 béta, mais la curiosité a été la plus forte 🙂

Selon Phoronix, qui avait vu juste, Wayland est toujours d’actualité pour la Fedora 25 béta, j’ai donc du me replier sur Qemu, vu que le support de Wayland avec VirtualBox est… limité, faute de main d’oeuvre et d’apport de code.

J’ai donc utilisé les commandes suivantes pour lancer la Fedora 25 béta. La machine virtuelle étant équipée d’un disque de 128 Go, de 2 Go de mémoire allouée et de deux CPUs virtuels.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qec disk-fedo.img 128G
Formatting 'disk-fedo.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-fedo.img -cdrom Fedora-Workstation-Live-x86_64-25_Beta-1.1.iso -boot order=cd &

Pour mémoire, les raccourcis (ou alias) sont définis ainsi dans mon .bashrc :


qec='qemu-img create -f qcow2'
kvm64='qemu-system-x86_64 -smp cpus=2,threads=1 -k fr -m 2048 -soundhw ac97 -enable-kvm -vga virtio -usb -sdl'

L’option -vga virtio permet d’avoir un circuit récent pour l’affichage vidéo. Et surtout qui gère la 3D. Pour des raisons pratiques, j’ai utilisé une version de développement de qemu dite qemu-git pour être certain que l’affichage de Wayland fonctionne un brin mieux 😉

Une fois l’image ISO démarrée, nous sommes sous un Gnome 3.22. J’ai été un brin curieux et surpris en demandant les détails techniques de la version de Gnome utilisée… 🙂

C’est Anaconda qui nous accueille. J’adore toujours autant le message d’avertissement.

J’ai gardé les options par défaut. Histoire d’être aussi proche que possible de l’offre originelle de Fedora. L’installation par défaut propose Gnome 3.22, avec LibreOffice, Mozilla Firefox et quelques autres joyeusetés. Cela reste malgré tout léger. Il faut compter un petit quart d’heure pour que l’ensemble soit installé.

De l’étape du formatage des partitions…

À l’information comme quoi tout est bon, et qu’on peut redémarrer.

Au premier démarrage, il y a une étape – outre celles classiques de la création d’un compte utilisateur ou du réglage de la langue et du fuseau horaire – dans l’assistant de configuration qui parle de logiciels non-libre. J’ignore si cela active un dépot spécifique, j’ai préféré le laisser désactivé par défaut.

Une fois dans Gnome, n’ayant qu’une confiance limitée dans l’outil logiciel, j’ai lancé la recherche et l’installation des mises à jour via la ligne de commande. On est dans une version béta, non ? 🙂

Les serveurs étant légèrement pris d’assaut, il m’a fallu un autre quart d’heure pour récupérer et installer les mises à jour, près de 200 paquets.

Au démarrage suivant, avec notre Gnome Shell à jour, j’ai rajouté les dépots RpmFusion pour la Fedora 25, histoire d’avoir accès aux méchants logiciels non libres du genre mp3… Je sais que les libristes extrémistes vont nous faire une poussée d’urticaire, mais tant pis pour eux de ne pas accepter le monde réel… Les dits dépôts rajoutant l’accès à un logiciel hautement sulfureux… VLC !

En gros, cela revient à installer les paquets gstreamer1-plugins-bad-freeworld, gstreamer1-plugins-ugly et gstreamer1-plugins-bad-nonfree. J’ai rajouté aussi Gimp, le paquet libreoffice-langpack-fr et les meta-paquet gnome-games. Certains outils ont été rajoutés en vidéo.

J’ai ensuite lancé la capture vidéo de la Fedora 25 béta.

Je dois dire que pour une version béta, la Fedora 25 s’en sort pas trop mal. La traduction est très avancée, modulo l’absence de celle pour LibreOffice. Dommage que Logiciels aient quelques problèmes avec VLC. Sûrement un bug au niveau du dépot RPM Fusion.

Wayland ? J’avoue que c’est la bonne surprise de la version. Je ne m’attendais pas à un résultat aussi utilisable. On est loin de la technologie inutilisables que certaines personnes aiment à décrire. C’est vrai qu’il y a certaines limitations techniques, dont certaines que j’ai pu expérimenter sur mon portable Toshiba lors d’un test non publié. Il n’y a aucun outil de capture vidéo du bureau qui soit porté sous Wayland.

Heureusement, il y a le filet de sécurité de Gnome sur Xorg pour les applications et serveurs graphiques un peu tatillon. Mais pour une utilisation bureautique classique, Wayland est déjà dans le plus que potable. Je pense que la Fedora Linux 26 (qui sortira aux alentours de mai 2017) fera très mal à la concurrence.

Sans vouloir faire l’anti-ubuntu primaire, je pense que la Fedora Linux 25 risque d’être le premier clou dans le cercueil de Mir qui n’arrive toujours pas à fonctionner en dehors du domaine expérimental pour la version « bureau » de la distribution de Canonical, dixit l’article de NextInpact sur la Ubuntu 16.10.

Reste à savoir si l’avenir me donnera tort ou raison.