Pause Photo : Mai 2017

1- L'Abri : La superposition des éléments est parfois hasardeuse. Cette voile de Kite surf semble protéger les personnes assises sur le banc de l'ancien poste de surveillance de la plage d'Houlgate. Un abri qui est devenu sommaire, mais bien pratique quand le vent souffle... dans le bon sens.

Le mois en images – Avril 2017

Ma sélection du mois

1- Samuel Bollendorff / Oeil Public

Instagram Photo

2- Christina Mittermeier / National Geographic

Instagram Photo

 

3- Stephen Wilkes / National Geographic

Instagram Photo

 

4- Alan Schaller

Instagram Photo

 

5- Joel Sartore / National Geographic

Instagram Photo

 

6- Kevin Lamarque

Instagram Photo

 

7- Martien Van Asseldonk

8- Yoan Valat / EPA

Instagram Photo

 

9- Phil Moore / AFP

Instagram Photo

 

10- Yaman Ibrahim

Instagram Photo

 

11- Mr 007

Instagram Photo

 

12- Jeff Vaillancourt

Instagram Photo

 

13- Ulet ifansasti

Instagram Photo

 

14- Jonas Bendiksen

Instagram Photo

Pause Photo : avril 2017

(Chose promise, j’inaugure ici cette nouvelle rubrique, sorte de respiration)

1- Beauté industrielle : Créations humaines, les sites industriels peuvent parfois se muer en curieuses forêts, en halos fantasmatiques qui les rendent un peu plus à la nature.

 

2 – Coups de pinceaux : Je ne me lasse jamais du talent de calligraphe de la nature au soir tombant. Les ombres magnifient les reliefs et ridules comme des coups de pinceau parfaitement maîtrisés.

 

3 – Ecroulement : La géométrie des capteurs photo joue des tours, laissant l’impression que des bâtiments penchent. Et en même temps, ces fiers vestiges de la belle époque penchent dangereusement vers leur fin, vendus en tranche, mal entretenus ou agrandis n’importe comment. On retrouve ces mêmes hôtels et casinos au début du siècle dernier sur de nombreuses cartes postales.

 

4 – Réinvention : Combien d’histoires a traversé ce bâtiment colonial avant de se retrouver coincé entre des buildings flambant neufs. A quoi servait-il avant de se réinventer en boutiques et logements? Je ne pourrais le dire et malgré ce chaos architectural, sa présence me manquerait.


5- Ruines : Des heures passées à construire ce promontoire et ce chateau, pour que ses « propriétaires » l’abandonnent à ce funeste destin. Mais la mer a décidé d’en faire sa propre oeuvre d’art.

 

Le mois en image – Mars 2017

Premier billet du genre pour quelque chose que je faisais il y a longtemps : Mettre de coté les images qui m’ont marquées dans le mois, et pas forcément dans l’actualité, justement, parce que je voudrais éviter polémique et politique. Je ne mets aucun commentaire ou contexte, pour laisser la force de l’image.

 

1 : par Aris Messinis

2: par Andrew Quilty

 

3 : par John Crawford

4 : par Aris Messinis

5 : par Peter Bauza

6 : par Paul Souders

7: par Michael Yamashita

8 : par Paul Nicklen

9 : par George Koutsouvelis

10 : par Paul Nicklen

11 : par Morris MacMatzen

12 : par Luisa Dorr

13 : par Bettman

14 : par Jeff Vaillancourt

15 : Par Chien Chi Chang

16 : par Luc Dewaelle

17 : par Alan Schaller

18 : par Jennifer Hayes

19 : par Brent Stirton

Nb : Ces photos sont aussi parues sur les comptes instagram des auteurs et agences 

Tuto : Instagram sans instagram

Aujourd’hui, beaucoup de photographes professionnels se servent d’Instagram comme « carte de visite », ou point d’entrée. Mais Instagram, c’est une application mobile intrusive appartenant à Facebook et beaucoup d’utilisateurs égocentriques. Alors comment concilier tout cela ?

Et bien il suffit tout simplement de passer par notre bon vieux flux RSS. Si ce n’est pas fait, il est temps d’installer un lecteur de flux sur votre mobile, ou pourquoi pas passer par Framanews, le service de Framasoft basé sur Tiny Tiny RSS. Personnellement, je ne conseillerai pas Feedly qui manque d’ouverture.

Ensuite, il va falloir trouver les comptes à suivre. Et là, pas de chance, on ne peut pas parcourir les profils à partir d’un PC sur sa page d’accueil. Il faut soit connaître le profil, soit faire un peu au pifomètre par des tags. Par exemple, ça sera une adresse de la forme :

https://www.instagram.com/explore/tags/nomdutag/

avec ce que vous cherchez à la place de « nomdutag ». Cela vous permet de trouver quelques photos qui vous captent, de remonter, à l’auteur, etc…

Mais pour lire cela régulièrement sans s’inscrire, il faut l’intégrer au flux RSS. Pour cela, il vous faut noter le nom de l’auteur, ce qui est en en-tête de page juste à gauche du bouton follow/suivre. Ensuite, vous mettez ça dans une url du type :

http://widget.stagram.com/rss/n/nomdelauteur

avec « nomdelauteur » remplacé par le pseudo que vous voulez suivre. Avec ça, votre flux est rempli de photos comme si vous étiez un follower d’instagram. Par contre, il subsiste un problème pour partager ces photos sur votre réseau social préféré. Il faudra revenir sur la page instagram de celui que vous suivez et trouver l’url réelle de la photo. Un moindre mal qui vous évite pas mal de trackers, tout de même.