En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac. Quoi de neuf en ce jour du 99ième anniversaire de l’armistice de la première guerre mondiale ?

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

  • Le groupe finlandais de metal atmosphérique et progressif Edge Of Haze annonce la sortie de son nouvel album « Deluge ».
  • https://edgeofhaze.bandcamp.com/album/deluge

  • Un petit de publicité pour mes créations. J’approche petit à petit de la fin de mon projet de petit roman policier, et j’aurai besoin de retours, ne serait-ce que pour m’aider à trouver des incohérences. À vos bons coeurs, merci !

Bon week-end !

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac. Pas très long, j’ai d’autres choses sur le feu en ce moment :]

Côté logiciel libre, informatique et internet ?

  • La ArchBang officialise l’utilisation de la Artix Linux comme base avec l’arrivée d’une première image ISO, la archbang-artix-210917.iso.

Côté culture ?

Bon week-end !

Un peu d’auto-promotion : « Trois femmes : Marie ».

Je n’aime pas vraiment faire ce genre de billets, mais il faut parfois y passer et essayer de vendre ses propres créations.

À la mi-juin 2017, j’ai publié via Amazon (en format électronique sans DRM) et au format papier, et uniquement au format électronique sur Atramenta, la première partie d’une trilogie qui me tient à cœur depuis… le milieu des années 1990 !

C’est en gros l’histoire d’un homme des années 1960 au début des années 2010, via trois femmes qui ont marqués sa vie. Le premier tome nous propulse en 1968. Plus d’infos sur la vidéo ci-après.

Voila, c’est tout pour ce billet. Bonne journée !

Il faut savoir rester réaliste et s’arrêter au meilleur moment :)

Désolé pour les personnes n’étant pas intéressées par les billets sur l’auto-édition, mais cette fois, c’est un billet qui ne parlera d’aucun lobby sur le réseau à l’oiseau bleu. C’est juste une note de passage.

Je précisais dans un article du 6 novembre 2016 ceci :

[…]
Je travaille depuis le début de l’année 2016 sur un projet qui s’appelle « Allez sans rancunes » qui d’un petit projet qui a pris du poids. J’ai déjà publié sur Atramenta les trois premières parties, qui couvre des chroniques cyniques et je l’espère humoristique pour les périodes de Janvier à Mars, Avril à Juin et Juillet à septembre.

Début 2017, je publierai une version regroupée sur Amazon (et Kobo ?) en complément des 4 parties sur mon espace Atramenta. Je pense que je mettrai le tout à 0,99€ au pire. De quoi financer en 4 à 5 millénaires un appartement dans le XVIe à Paris, non ? 🙂

Sur ce plan, rien n’a changé. J’ai aussi récemment posté le brouillon terminé à 75% (en ce 30 novembre 2016) de la première partie d’un projet de trois « tomes » qui traîne dans les méandres de mon cerveau depuis 1995. Oui, plus de 20 ans, c’est long 🙂

Comme je l’ai précisé dans un billet « en vrac' » du 19 novembre 2016 :

[…]
Un peu d’autopromotion : je viens de mettre en ligne un projet en cours de rédaction qui normalement devrait être finalisé pour février 2017. Son nom ? « Trois femmes : Marie ». Oui, ce sera un texte un peu plus romantique que mes précédentes productions 🙂
[…]

J’espère arriver à tenir le rythme, et normalement, pour février 2017, il sera disponible en accès libre sur Atramenta et à 0,99€ sur Amazon. Soyons fou, osons demander un prix démesuré 😉

De ce projet, j’avais déjà écrit le tome central dans une première version en 1995 franchement indigeste avec le temps et que j’ai pu récupérer avec un logiciel d’OCR.

J’ai toujours l’histoire d’origine qu’il faudra que je réécrive et que je réadapte. Ce qui me fera gagner au moins deux bons mois sur le planning des six mois que je peux consacrer à un roman d’une centaine de pages environ.

Donc, si tout se passe bien, courant août ou septembre 2017, le tome central de mon projet sera en ligne, toujours selon le même principe de double publication sur Atramenta et Amazon.

Le troisième tome qui est encore à l’état d’ébauche sortira en février ou mars 2018. Ce qui sera la date de fin de ma carrière d’auteur auto-édité. Car je suis réaliste. Même si j’ai déclaré que j’écris pour la plaisir, il est souvent nécessaire de savoir s’arrêter au bon moment. J’ai déjà eu mon bâton de maréchal ou mon heure de gloire pour rester dans le monde civil en 2014 quand Larousse m’a fait signé un contrat d’édition.

Donc, j’arrêterai de vous casser les oreilles avec l’auto-édition et ma carrière d’écrivain amateur par la même occasion. Une bonne nouvelle, non ? 🙂

Je pense que d’ici la fin de cette période de plus d’un an, l’écrit aura pris une autre place dans ma vie, largement plus bénéfique sur le plan financier que l’auto-édition. Mais sur ce point, je reviendrai quand le temps sera venu.

Bonne continuation 🙂

Un dernier jus de cerveau en passant sur l’auto-édition…

J’avoue bien aimer l’expression jus de cerveau qui est quand même plus classieuse et moins vulgaire que celle de masturbation intellectuelle. Même si le résultat est au final le même. C’est Woody Allen qui en parle le mieux dans son film oscarisé « Anny Hall » : « Hé! Ne te moque pas de la masturbation! C’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime… »

Promis, juré, craché, c’est le dernier sur ce domaine, étant donné que mon domaine de prédilection est l’informatique libre. Du moins, c’est ce qu’on pourrait en déduire 🙂

Comme je l’ai précisé dans un en vrac’ récent, j’ai sorti sur Atramenta – et peut-être un jour cela sera disponible sur Amazon et compagnie – la version finalisée d’un texte entamé en janvier 2016.

Oui, dix mois, c’est long pour un texte d’une quarantaine de pages au format A4. Mais la vraie vie étant intervenue, la rédaction de mes chroniques acides qui me prend du temps. Sans oublier une formation professionnelle que je me suis financé et qui m’a bouffé pas mal de temps libre.

Autre point à ne pas oublier, c’est un texte dans un domaine que je ne maîtrise pas vraiment, le fantastique. Même mon livre uchronique qui a été descendu en flamme par un commentaire qui empeste la vendetta à 15 kilomètres a été une épreuve pour moi à écrire.

Bref, je suis un auteur pour le plaisir, pas dans le but de mettre « un steak » dans mon assiette 🙂

Par chance, je ne suis pas rancunier, et je sais, en personne intéressée par le Bouddhisme, qu’on récolte toujours ce que l’on sème, aussi bien en bon qu’en mauvais. Ce sont d’ailleurs les premiers versets du Dhammapada qui en parle le mieux 🙂

Je respecte éminemment les auteur(e)s. Mais tout dans la vie est une question de rester crédible. Frédéric Dard alias San-Antonio se plaignait de son orthographe un peu spéciale, et profitait des services de correcteurs et de relecteurs de la maison d’édition auprès de laquelle il s’était engagé.

Cf cet article de l’Express sorti en 2010 sur le maître du polar français. Je cite :

[…]A l’école, élève plutôt moyen (l’orthographe n’est pas son fort), timide, complexé par son bras – et la situation financière de sa famille -, il se réfugie dans le mutisme. Cette manière de fuir la société par la pensée, il l’aura tout au long de sa vie.[…]

Le problème des auteur(e)s et de l’auto-édition en particulier, c’est le manque de relecture. On peut avoir la meilleure histoire du monde, si on se contente de relire pour vérifier que l’ensemble n’a pas d’anachronisme ou de répétitions excessives, sans passer par un outil de vérification grammaticale un tant soit peut développé comme Grammalecte (qui s’améliore de version en version) ou Antidote pour les personnes voulant sortir la Rolls-Royce du domaine, on peut tomber sur des trucs qui vous transforme le crâne en puzzle de 10 000 pièces 🙁

Je ne prétends pas être un exemple de perfection dans le domaine de la grammaire et de l’orthographe. Très loin de moi cette idée !

Mes points faibles ? Le duo conditionnel et futur de l’indicatif à la première personne du singulier que j’ai tendance à intervertir. Ou encore les accords de l’auxiliaire avoir avec les participes passés. Bref, des grands classiques.

Quand Norman était encore marrant, il avait sorti une vidéo sur les fautes d’orthographes. Elle date de février 2013.

Il est vrai qu’une partie de la population souffre de dysléxie, mais il serait étonnant qu’on trouve énormément des auteur(e)s dans cette catégorie.

Cependant, il m’arrive d’aller sur des blogs d’auteur(e)s et de lire parfois des horreurs. Un exemple ? Celui d’une auteure qui s’est moquée du départ raté de son bouquin sur Amazon. Est-ce lié au commentaire digne d’une vendetta sur le mien ? Je l’ignore sincèrement.

Note pour une meilleure compréhension : je suis l’inconnu en question 🙂

Nul n’est parfait, mais il est vrai que c’est quand même mieux de pouvoir présenter une prose aussi correcte que possible, que ce soit sur un blog ou dans l’oeuvre qu’on a passé plusieurs mois à écrire et paufiner. C’est pour cela que j’ai posté sur la framasphere* ce petit article plein d’humour…

Je ne serai jamais un auteur connu car :

1) je ne fais pas de pression auprès des blogueurs pour faire chroniquer mes écrits.
2) je ne suis pas les « modes » qui trainent.
3) j’essaye de faire gaffe à l’orthographe et la grammaire.
4) je ne vends pas mes oeuvres sur Amazon à 2,99€ 🙂
5) je préfère la passion au commerce !

Pour en revenir à mon texte proposé en accès libre et gratuit sur Atramenta, il faut savoir qu’il a eu droit à deux relectures d’allègements, deux relectures techniques pour corriger l’orthographe et la grammaire, et la relecture d’une tierce personne pour sortir les dernières coquilles qui auraient pu se planquer.

Je peux vous dire que ce soit avec un texte de 40 pages en A4 (comme la grosse nouvelle fantastique dont il est sujet ici) ou pour mon roman uchronique qui en faisait 168 au format LibreOffice Writer. Aucun texte n’est parfait, on ne peut que limiter la casse au maximum. Ne dit-on pas « Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage », après tout ?

Sur ce, je vous laisse, et je vous souhaite un très bon week-end prolongé !

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Court mais costaud, avec ce qu’il faut de vacherie par endroit 🙂

Côté logiciel libre et informatique :

Côté livres ?

Côté musique ? Pas grand chose 🙁

Bon week-end prolongé !