Débrouille toi pour voir « La Sociale »

Des français qui ont vécu l’horreur de la guerre ont construit la Sécurité Sociale. Un projet révolutionnaire dont on connait trop peu l’histoire.

On connait trop peu l’Histoire en général. Combien de français connaissent Ambroise Croizat? On lui doit pourtant tellement plus que nombre de ceux dont on apprend les dates de sacre sur les bancs des écoles de la République.

Aujourd’hui de jeunes loups fossoyeurs du commun et de la fraternité nous placent dans des situations de tension qui nous amènent au pire. Guerre, Front National, tout ce que l’homme peut produire de plus crétin nous attend car lorsque l’économie précède le politique, ça ne peut pas finir bien.

Ce magnifique document l’explique tranquillement, avec beaucoup de douceur, de clarté. Ca me met les larmes aux yeux tant il me semble que ce qui est pour moi une évidence, un modèle inégalé, est en train de couler devant mes yeux et que je ne peux rien faire sinon hurler « vous êtes tous devenus fous! ».

Chaque jour qui passe je vois une société toujours plus En Marche vers la bêtise comptable et les rêves de fortune suicidaires. Je suis affligé.

Achète le DVD ou débrouille toi autrement, mais regarde ça, c’est une histoire fabuleuse du temps où des hommes en ont libéré d’autres, où le peuple était plus fort, parce qu’il était représenté.

Site : http://www.lasociale.fr/

Avec Barré, et pour le barrage #amha #My2cents

Mon cher journal, c’est dur en ce moment tu sais. Je souffre. Mon petit cœur saigne.

Je me fritte avec mes vieux potes à cause de ma radicalité et de mes pénibles exigences, et je n’aime pas ça. Je me fritte avec mes réseaux gauchistes parce que beaucoup s’abstiendront, et je n’aime pas ça. Et avec tout ça j’essaye de discuter (tu me connais, peux pas m’empêcher) sans passer pour un moralisateur ou un donneur de leçons, pas facile.

Je vais essayer de te dire ce que je pense vraiment pour éviter au moins les ambiguïtés, parce que souvent sur les réseaux on s’emballe, et même maintenant avec 500 caractères, c’est parfois un peu court pour être clair.

Je profite du billet énervé de Barré pour illustrer tout ça ( dispo ici ) parce que même si c’est toujours idiot de faire des généralités, j’ai l’impression qu’il représente pas mal un certain nombre d’abstentionnistes. Je vais donc donner ma position en réponse à cette vidéo.

( je ne suis pas fan du style trash de Barré, mais sur le fond il dit parfois des choses intéressantes et je constate au passage que la chasse au subversif continue dans le service public )

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo Facebook

Ma position

  • « Victoire de l’abstention » Oui, l’abstention n’est pas respectée dans ce pays, le vote blanc ne sert à rien, les camemberts de Pujadas n’auront que 2 couleurs au soir de l’élection, ignorant des millions de français. Il pourrait y avoir 90% de votes blancs, ça ne changerait rien. Ce n’est pas la démocratie.
  • « Vous faites le jeu du FN » Oui, on en a soupé. Et oui on a le droit de se plaindre même si on s’abstient. Il n’y a aucune ambiguïté en ce qui me concerne : les responsables d’une éventuelle élection de Marine Le Pen sont
    • ses électeurs
    • les PS et LR en place depuis des décennies
  • « Allez plutôt faire la morale aux 15 millions de gens qui ont voté pour des mis en examens ». On ne peut plus d’accord, l’immoralité de ce pays me rend malade.

Personnellement je pense que le seul combat qui vaille aujourd’hui est celui de la conquête démocratique, la fin de la représentation systématique, un bouleversement institutionnel majeur. Les tensions montent de partout, notamment parce que nous ne nous parlons pas. Nos institutions nous l’interdisent, elles nous divisent en camps qui doivent choisir leur chef, puis se battre pour lui. C’est puéril.

« Les gens qui se parlent ne se font pas la guerre »

Au quotidien je combats le système électif et le fascisme néo-libéral. Pour changer le système je ne sais pas trop comment faire, je ne vois à priori que 2 alternatives :

  • soit on prend les armes, pas mon truc
  • soit on construit, on soutient aussi maigres soit-elles les initiatives démocratiques de la société civile et des institutionnels qui prétendent vouloir prendre cela en compte.

Je suis pas du genre optimiste, mais malgré la défaite, je ne vais pas bouder le potentiel réveil d’une vraie gauche qui a manifestement encore besoin de temps.

Je pense que l’extrême droite nous plongerait dans une situation de guérilla civile (larvée ou réelle) qui nous détournera de ce qui se bâtit actuellement. Et puis je crois à l’urgence de protéger des gens qui sont en danger immédiat autour de nous.

Je voterai Macron, sans état d’âme, et je le combattrai. C’est justement parce que je sais trop bien que ces élections sont une farce démocratique que je ne sanctifie pas mon vote et que je ne lui donne pas plus d’importance que la simple nécessité ponctuelle d’enfoncer le plus possible les bruits de botte.

Je sais bien que Macron fera encore monter le FN, mais je ne cracherai pas sur au moins 5 ans de rab pour pouvoir travailler et protéger les plus faibles.

 

Le revenu de base est-il un piège à con?

Bonne question :

L’avis de Lepage :

Mon avis? Je n’en sais rien.

Je me pose beaucoup de questions.

J’adore Franck Lepage, j’écoute beaucoup Friot (Salaire à vie), j’entends nombre de leurs arguments, souvent j’acquiesce. En gros la question posée est le Revenu de base est-il la « roue de secours du capitalisme »? Le grand capital inquiet de l’incapacité des masses à consommer le produit de son productivisme suicidaire veut-il faire subventionner le gavage par l’Etat? Certainement.

Mais première chose à rappeler, de quel Revenu de base parle-t-on?

Oui les plus libéraux rêvent d’un revenu de base qui finisse de pulvériser l’Etat en « simplifiant » la protection sociale. Il existe à l’opposé un Revenu de base de gauche qui vise l’émancipation de l’individu, pas son aliénation finale. Les schémas de société proposés sont diamétralement opposés.

Ce dont je suis convaincu c’est que la situation est très grave et qu’un changement radical est nécessaire. Je pense que la seule solution est fraternelle. Le « réalisme »économique est pour moi une religion. Je suis athée.

Les voies explorées du revenu de base de gauche et du salaire à vie sont toutes deux fondamentalement révolutionnaires en ce sens qu’elles percutent de plein fouet la « valeur travail ». Il me semble qu’il est important de travailler justement, d’échanger, que rien n’est évident et que le plus beau cadeau qu’on puisse se faire est de ne pas perdre des yeux que beaucoup d’éducation reste à faire, que le changement est la chose la plus difficile à obtenir d’une société, et surtout que ces deux propositions disruptives sont sœurs. C’est pour cela que j’ai particulièrement apprécié d’entendre Baptiste Mylondo et Bernard Friot débattre sans concession mais affirmant haut et fort tous les deux que nos objectifs sont communs (à voir ci dessous).

Cher Franck, ne nous traitons pas de cons, travaillons 🙂

Puisque durant des semaines on va casser les salauds de pauvres, autant parler de la pauvreté de l’intérieur…

La campagne présidentielle de 2017 sera une de celles où les salauds de pauvres, celles et ceux qui survivent des minimas sociaux, que ce soit le RSA, l’AAH ou encore les personnes indemnisées par Pole-Emploi seront une cible de choix de la part des différents partis politiques. Je m’étais promis de ne faire aucun billet lié à la politique. Celui-ci sera donc la seule exception.

Avant qu’on crie au misérabilisme, c’est une volonté de pousser un coup de gueule sur l’hypocrisie d’une partie de la population, quelle que soit son encartage politique.

Étant moi-même un salaud de pauvre, qui va utiliser une partie de ses économies pour lancer son projet professionnel, j’ai donc décidé de jouer la transparence. Pour mémoire, le seuil de pauvreté est situé au minimum à 840€ par mois en terme de revenu.

Donc, étant bénéficiaire du RSA socle amputé d’un forfait lié au versement d’une allocation logement, je touche royalement pour la RSA socle la somme de 463,95€. En effet, 64,22€ sont enlevés du montant officiel pour une personne seule logée en dehors d’un cadre familial.

Avec les dépenses fixes suivantes, volontairement arrondi à l’euro supérieur pour éviter des comptes d’apothicaires :

  • Complément de loyer versé par chèque à mon bailleur : 115€ ; en espérant que ma demande de logement social soit un jour prise en compte. Il faut compter 5 à 6 ans par chez moi. Je garde donc espoir, surtout que les hommes célibataires et sans enfants, c’est pas le top priorité pour l’accession aux logements à prix abordables.
  • Assurance : 18€
  • Mobile : 16€
  • Fixe (avec internet) : 38€
  • Électricité : 28€

Soit un total : 215€

Avant de pouvoir me nourrir, il me reste : 248,95€

Budget alimentaire moyen : 20 à 25€ par semaine. Donc entre 80 et 100€ par mois. Il me reste donc pour les coups dur et les dépenses tierces : au pire 148,95€ et au mieux 160,95€.

Donc, on va dire sur un mois de 30 jours, je ne peux me permettre de dépenser qu’entre 4,96€ et 5,36€ avant d’être à « sec » par rapport au versement mensuel du RSA.

Par (mal)chance, je n’ai pas le permis. Mais il faut savoir que l’heure de conduite à l’auto-école la plus proche de chez moi (et la seule de ma ville) est plus qu’abordable. L’heure de conduite n’est qu’à 43€ !

Autant dire que pouvoir me payer le permis n’est pas vraiment à l’ordre du jour. Il me suffit d’avoir une tuile du genre téléphone portable qui rend l’âme comme cela m’est arrivé le 2 janvier 2017 (et bonne année au passage !) pour ronger sur les réserves serrées du mois en cours. Et dépenser 89€ ainsi, ça ne me plait pas le moins du monde. Mais peut-on (sur)vivre de nos jours sans téléphone portable ?

Inutile de vous préciser que j’espère que mon ordinateur fixe – qui va sur ses 7 ans – me fera encore une ou deux années avant de se décider à me demander la retraite.

Par chance, j’ai mis un peu d’argent de côté, économisé durant mes périodes d’activités professionnelles. Celui n’est pas planqué dans un paradis fiscal, mais sur un duo livret A et livret d’épargne populaire. Avec un taux d’intérêt d’un gros pour-cent au mieux donc. Argent qui me fait payer la redevance audio-visuelle chaque année. C’est vrai qu’être au RSA, c’est la planque, surtout quand on sort d’une période d’activité plus ou moins longue et qu’on a des dépenses « faibles ».

Maintenant si vous pensez toujours que les personnes bénéficiaires des minimas sociaux sont des parasites, je ne puis plus rien pour vous. Il ne faut pas souhaiter le malheur d’autrui, mais les donneurs de leçons qui déclament cela, je leur propose de venir vivre un trimestre ou deux avec le RSA.

Enfin, je dis cela, mais je dis rien au final. Ce serait con de les voir ouvrir les yeux sur leur propagande et sa vacuité profonde.

Enfin, ne vous inquiétez pas, les prochains billets seront largement plus légers et moins méchants – toutes proportions gardées – que celui-ci !

Je vais voter pour un Président de la République, et c’est lamentable.

Un petit point sur là où j’en suis, sachant que ça peut changer 🙂

Ce que je pense

La situation est apocalyptique sur tous les fronts : inégalités, guerres, environnement, des scientifiques en sont à calculer la probabilité que l’humanité survivra à ce siècle. Il nous faut réagir de façon massive et radicale, mais nous sommes ultra minoritaires à être prêt au changement. C’est insupportablement trop long et ingrat, mais je reste pour l’option du combat pacifique et de l’éducation populaire plutôt que celle des fusils. Ça ne m’intéresse pas d’imposer un nouvel ordre qui n’aurait pas la légitimité de la décision populaire. J’ai bien conscience de mes infimes probabilités de succès, notamment parce qu’il nous faudra beaucoup de temps et qu’on n’en a plus, mais on a connu pire.

Ce que je vise

exemplepub_mJe ne crois qu’à une solution, révolutionnaire : la démocratie. « Mon ennemi c’est la représentation ». Elle porte en elle toutes les opportunités de corruption et d’immobilisme. Il faut que les décisions politiques soient prises en assemblées citoyennes tirées au sort. Il y a un assez large consensus pour dénoncer les lobbies, voter pour leurs interlocuteurs n’a aucun sens. Pas de « tous pourris » ici, mais « trop de pourris ou de soumis » oui. Et puis ça n’a rien de personnel, c’est systémique. Voir vidéo plus bas.

Guerre, nucléaire, OGM, valeur SMIC, 35h, … toutes ces questions concernent plus les citoyens que ceux qui prennent les décisions à ces sujets. Quant à voter pour un Président d’une République si archaïque et verticale est tout ce contre quoi je me bats : nous n’avons pas besoin de chef. L’intelligence collective est tellement plus experte. Il faut convaincre les citoyens qu’ils ne sont pas forcément plus incompétents que David Douillet ou Nadine Morano pour décider de notre avenir.

Ce que je vais faire

Je vais voter pour un Président de la République. Et c’est lamentable. Je vais continuer jour après jour à défendre mes idées, essayer d’écouter celles des autres, m’engager. Ce n’est pas dans 6 mois qu’on aura de quoi mettre le système par terre pour le reconstruire ensemble ( même si je reste vigilent et ouvert à toute opportunité 🙂 ), je doute que mon abstention serve à quelque chose. Je ne crois pas qu’on évitera 2017, on fera tout pour éviter 2022. J’irai donc remplir mon « devoir de citoyen » auquel je ne crois pas pour simplement essayer de freiner les plus réactionnaires, cela en respectant les abstentionnistes, les votes blancs, les votants. J’irai probablement voter pour un programme avec des idées les moins éloignées des miennes tout en affirmant que voter pour un chef ce n’est pas la démocratie.

Si tu m’as compris, je suis pour la promotion de la Démocratie avant celle de mes opinions, aussi tranchées soient-elles. En ce sens je ferai également la promotion du mouvement MaVoix pour les législatives, seule initiative disruptive à ma connaissance qui me semble vouloir nous éloigner de la soumission dans laquelle on se complaît.

Ne rien lâcher, s’engager au quotidien, travailler à la promotion de ce en quoi je crois, refaire le monde tous le jours sans se soucier de ceux qui raillent les utopies, ne pas sombrer dans la dépression, en essayant de ne jamais oublier qu’à la fin c’est nous qu’on va gagner.

Un autre truc : écrire les rares jours où on y croit et se taire tous les autres 🙂

PS : à propos de la décision politique, une petite vidéo qui illustre bien que nos votes ne servent pas à grand chose

source image

Merci aux 66% des participant(e)s à la primaire de la droite et du centre.

Je voulais vous remercier pour une série de raisons. Ce sera le seul billet politique que je ferai sur mon blog concernant la tragi-comédie de l’élection présidentielle de 2017.

Pour le chiffre, je vous renvoie à cet article du Monde : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/live/2016/11/27/primaire-de-la-droite-suivez-les-resultats_5038961_4854003.html

C’est une série de raisons non-exhaustives. Je tenais donc à vous remercier pour :

  • me faire potentiellement perdre plusieurs années d’espérance de vie, n’ayant pas les moyens de me payer une mutuelle pour les soins dentaires ou encore ophtamologiques qui sont abordables, c’est bien connu !
  • les personnes qui seront réduites à prendre des jobs encore plus précaires et peu rémunérateurs qu’actuellement. Votre idéal, c’est Uber qui réprésente le parangon de la modernité à vos yeux ?
  • les 2% en plus de TVA qui vont mettre la tête sous l’eau aux personnes qui ont déjà du mal à s’acheter de quoi manger, pour se vêtir et se loger.
  • me faire comprendre que le passionné d’histoire que je suis n’a rien compris et qu’elle doit être réécrite par des spécialistes.
  • m’avoir fait comprendre que si j’ai un jour une forme de retraite, même le minimum « syndical », ce sera quand j’aurai au minimum 67 ans… Si j’y arrive avec un peu de chance.
  • m’avoir fait prendre conscience que ne pas avoir d’enfants, c’est le bonheur d’éviter les voir se transformer en consommateurs – et je suis gentil en conservant le terme en un seul tenant – et rien d’autre.
  • m’avoir fait prendre conscience que j’ai eu une chance sans nom d’être né hétérosexuel, blanc et de sexe mâle… Comme à l’époque bénie des colonies ?

Bref, merci à vous, les quelques 2,8 millions de personnes qui vous êtes déplacées pour mettre un bulletin de votre champion dans une urne.

Vous avez donc peut-être choisi, pour les années 2017 à 2022, le destin de 67 millions de personnes, hommes, femmes, enfants. Hétérosexuels, gays, lesbiennes, transexuel(le)s, bisexuel(le)s. Athées, chrétiens de toutes obédiences, juifs, musulmans ou encore bouddhistes.

Quel poids va s’abattre sur vos épaules désormais ! Je vous plains sincèrement. Si, c’est la moindre des choses après tout !

Sans oublier, pour finir ce billet, un élément de l’histoire qu’on enseignera bientôt à nos enfants :

Saleté de canapé

Ils gagnent du terrain. Ils n’ont pas grand mérite, les Trumpétistes ont le champ libre parce que notre modèle c’est de déléguer, d’abandonner. Depuis les 30 glorieuses nous avons pris l’habitude de nous asseoir dans les canapés du confort d’une paix opulente et de ne plus nous occuper de ce qui nous lie, le commun. On a profité, optimisé. Puis vinrent les crises, mais elles ne nous ont pas réveillés. Le sédatif est puissant.

karine-le-marchand-desarme-les-politiquesPeut-être parce que le plus grave de tout est arrivé, la télé. Au fond de nos canapés à écouter la messe toujours plus libérale et comptable, on s’est vautré dans la futilité, on a abandonné tout engagement, toute politique, on nous a convaincu que nous avions le moins pire des systèmes : c’est terrible, les français se croient sincèrement démocrates.

On regarde des prétendus débats politiques où des gens qui proposent tous le même monde s’insultent de façon très télégénique, puis vont vendre leur soupe sur le canapé de Karine Le Marchand. Et on tolère ça.

Nous vivons dans une société ou des gens se croient des citoyens concernés parce que tous les 5 ans ils vont mettre un bulletin dans une urne et payent des impôts.

Aux commandes une caste homogène qui accumule les scandales. Mais nous sommes contents, le canapé commence à schlinguer mais il est toujours confortable. On peut y râler, les insulter, se désoler, mais de toute façon « qu’est ce qu’on peut faire? ».

On peut tout faire, on a bien fait la sociale! Il suffit de changer, se remettre en mouvement, ne plus laisser faire les « professionnels » qui privatisent le monde.

Beaucoup aujourd’hui se croient très intelligents et pragmatiques en abondant dans le sens de la destruction du commun : « on n’a plus les moyens » parait-il. Nous sommes riches, l’argent dégueule de partout. Je le sais, je suis un bourgeois. Les classes moyennes se plaignent et c’est honteux. Bien pire les ultra riches font ce qu’ils veulent de ce monde soumis qui leur a donné toutes les clés.

Non le monde n’est pas fasciste, le néo-libéralisme l’est. Trump ce n’est pas que la victoire du racisme, c’est aussi la victoire de l’égoïsme et de l’abandon du commun. Comble de l’arnaque, on place en face pour défendre l’intérêt général et le progressisme des Clinton ou des Hollande. Des bolchéviques quoi.

Bien sûr qu’il y a le KKK et des voyous sexistes, homophobes et racistes. Mais des latinos et des femmes ont significativement voté pour Trump. Les boutiquiers sont boutiquiers avant d’être quoi que ce soit d’autre. Beaucoup de gens n’ont aucune conscience politique, c’est has been de penser. Business first. Trump promet des emplois? des taxes qui baissent? Go for it! J’ai une boutique à faire tourner moi, alors me saoule pas avec tes droits de l’homme et autres niaiseries de bobos comme la fin du monde.

Pour moi tout est là. On  fait société ensemble dans l’humanisme ou on fait du business. On me dira peut-être que les 2 sont conciliables. Plus je vieillis plus je pense le contraire. Et puis nous sommes au bout de la route. Jamais l’humanité n’a été dans une menace d’effondrement si concrète. On n’a plus le temps, il faut choisir son camp, celui de l’action, ou de l’abandon.

L’abandon c’est rester dans le canapé à regarder Hanouna, ou JPPernault, peut-être le plus dangereux et influent trumpétiste sévissant en France depuis des décennies, apôtre indélogeable du veau d’or et de l’égoïsme. Ce genre de type à qui si tu parles de fraternité te demandera d’abord « combien ça coûte? ».

jpp

Quant à l’action, à mon humble avis, ce n’est pas de trouver un nouveau chef mieux que les autres, le sauveur, non, c’est de se faire violence et admettre que l’idée de chef est morbide, surtout aujourd’hui alors que la technologie donne tant de pouvoir à des têtes de pyramides ( ceci n’est pas une allusion cachée aux illuminatis 🙂 ). Il nous faut comprendre que nous sommes tous légitimes à mener le monde, ensemble. Ca s’appelle la démocratie et on n’a jamais essayé. Je pense que c’est notre dernier espoir, et ça demande peut-être plus que ce dont nous sommes capables. Mais c’est la seule option sur laquelle je m’engagerai jusqu’au bout.

Il n’y a pas d’autre alternative que de combattre ceux qui veulent nous faire croire qu’il n’y a pas d’alternative. #TINA #ALaFinCEstNousQuOnVaGagner

TINA by @sknob

tina

 

src photo