Avec Barré, et pour le barrage #amha #My2cents

Mon cher journal, c’est dur en ce moment tu sais. Je souffre. Mon petit cœur saigne.

Je me fritte avec mes vieux potes à cause de ma radicalité et de mes pénibles exigences, et je n’aime pas ça. Je me fritte avec mes réseaux gauchistes parce que beaucoup s’abstiendront, et je n’aime pas ça. Et avec tout ça j’essaye de discuter (tu me connais, peux pas m’empêcher) sans passer pour un moralisateur ou un donneur de leçons, pas facile.

Je vais essayer de te dire ce que je pense vraiment pour éviter au moins les ambiguïtés, parce que souvent sur les réseaux on s’emballe, et même maintenant avec 500 caractères, c’est parfois un peu court pour être clair.

Je profite du billet énervé de Barré pour illustrer tout ça ( dispo ici ) parce que même si c’est toujours idiot de faire des généralités, j’ai l’impression qu’il représente pas mal un certain nombre d’abstentionnistes. Je vais donc donner ma position en réponse à cette vidéo.

( je ne suis pas fan du style trash de Barré, mais sur le fond il dit parfois des choses intéressantes et je constate au passage que la chasse au subversif continue dans le service public )

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo Facebook

Ma position

  • « Victoire de l’abstention » Oui, l’abstention n’est pas respectée dans ce pays, le vote blanc ne sert à rien, les camemberts de Pujadas n’auront que 2 couleurs au soir de l’élection, ignorant des millions de français. Il pourrait y avoir 90% de votes blancs, ça ne changerait rien. Ce n’est pas la démocratie.
  • « Vous faites le jeu du FN » Oui, on en a soupé. Et oui on a le droit de se plaindre même si on s’abstient. Il n’y a aucune ambiguïté en ce qui me concerne : les responsables d’une éventuelle élection de Marine Le Pen sont
    • ses électeurs
    • les PS et LR en place depuis des décennies
  • « Allez plutôt faire la morale aux 15 millions de gens qui ont voté pour des mis en examens ». On ne peut plus d’accord, l’immoralité de ce pays me rend malade.

Personnellement je pense que le seul combat qui vaille aujourd’hui est celui de la conquête démocratique, la fin de la représentation systématique, un bouleversement institutionnel majeur. Les tensions montent de partout, notamment parce que nous ne nous parlons pas. Nos institutions nous l’interdisent, elles nous divisent en camps qui doivent choisir leur chef, puis se battre pour lui. C’est puéril.

« Les gens qui se parlent ne se font pas la guerre »

Au quotidien je combats le système électif et le fascisme néo-libéral. Pour changer le système je ne sais pas trop comment faire, je ne vois à priori que 2 alternatives :

  • soit on prend les armes, pas mon truc
  • soit on construit, on soutient aussi maigres soit-elles les initiatives démocratiques de la société civile et des institutionnels qui prétendent vouloir prendre cela en compte.

Je suis pas du genre optimiste, mais malgré la défaite, je ne vais pas bouder le potentiel réveil d’une vraie gauche qui a manifestement encore besoin de temps.

Je pense que l’extrême droite nous plongerait dans une situation de guérilla civile (larvée ou réelle) qui nous détournera de ce qui se bâtit actuellement. Et puis je crois à l’urgence de protéger des gens qui sont en danger immédiat autour de nous.

Je voterai Macron, sans état d’âme, et je le combattrai. C’est justement parce que je sais trop bien que ces élections sont une farce démocratique que je ne sanctifie pas mon vote et que je ne lui donne pas plus d’importance que la simple nécessité ponctuelle d’enfoncer le plus possible les bruits de botte.

Je sais bien que Macron fera encore monter le FN, mais je ne cracherai pas sur au moins 5 ans de rab pour pouvoir travailler et protéger les plus faibles.