Y a-t-il une « malédiction » sur les installateurs automatisés d’Archlinux ?

Archlinuxien à temps plein depuis début 2009, je n’ai aucun problème à installer manuellement une Archlinux que ce soit pour une expérience en machine virtuelle ou sur une machine réelle, même si l’UEFI est un brin laxatif en ce qui me concerne.

Au fil des années, il y a toujours eu des projets pour contourner la méthode d’installation officielle – et un brin longue – qu’on peut résumer ainsi : RTFW, soit Read The Fine Wiki.

Un des plus anciens ? Le projet Archboot qui connait désormais une version par an. Depuis le milieu des années 2010, il y a eu des projets qui sont désormais soit abandonnés soit en piteux état.

Dans les projets abandonnés ? Feliz. Sa créatrice, Elizabeth Mills l’a annoncé en juillet 2018 sur le github du projet en laissant la communauté prendre le relai :

And, finally, an anouncement from the creator of Feliz. I am no longer able to maintain Feliz, so I hope that many people will clone Feliz and release their own versions to keep the dream alive.

Elizabeth Mills
22nd July 2018

Autre projet abandonné, Revenge Installer, installateur du projet RevengeOS. En octobre 2017, l’un des fondateurs quittait le projet, partant à la recherche de personnes pour prendre le relai, dixit une brève de Distrowatch.

La distribution est désormais déclarée morte par Distrowatch. D’ailleurs, le Zen Installer qui a pris la suite ne semble pas être en meilleure santé. Au 8 septembre 2018, quand j’écris cet article, la dernière modification remonte à avril 2018… Paix à ses octets ?

Autre installateur, Architect Linux. Même s’il a une deuxième vie dans sous la forme de l’ignoble (désolé, mes mains ont dérapé sur le clavier) Manjaro Architect (cf le bas de la liste), la page Sourceforge concernée est claire : le projet est inactif.

Ce qui nous amène donc à la dernière étoile montante en date pour les installateurs, à savoir Arch-Anywhere devenue Anarchy Linux.

Même si je fais partie du top 5 des contributeurs au projet (en septembre 2018) – via la maintenance de la traduction française et quelques correctifs plutôt simples – on sent que le projet n’est pas au mieux de sa forme.

Outre le fait que depuis janvier 2018, il soit impossible de recompiler l’image ISO graphique du projet à cause de modifications insérées dans les outils d’Archlinux, le dépôt tiers a trop tendance à partir en cacahuète. C’est encore le cas en ce début septembre 2018.

Ce qui rend impossible la vie des personnes voulant utiliser cet outil pour installer rapidement une Archlinux. Le github est au ralenti ce qui n’est pas franchement une très bonne nouvelle 🙁

Sa communauté Facebook ? Pas franchement mieux, au point qu’une mise au point a été postée.

J’avoue que je ne vais plus qu’une ou deux fois par semaine sur le github du projet pour voir s’il y a de l’activité, mais c’est à chaque fois une déception… J’essaye néanmoins de compiler régulièrement des images ISO en version CLI, au cas où j’en aurais besoin.

Et Cnchi, l’installateur d’Antergos ? Quand il ne sera plus en version 0.xx.y, ça sera quand même mieux 😉

À croire qu’il y a une forme de malédiction pour les installateurs automatisés pour Archlinux et sa famille, avec le contre exemple flagrant de Calamares. Il faut bien une exception qui confirme la règle, non ?